Pays du Monde - Villes et Villages
BOURGTHEROULDE (Eure) - Le village de THÉROULDE 1025/2005 - Page 9

BOSCHERVILLE - MARIAGES TROUVÉS
Pour info : le curé de Bosnormand était aussi curé de Boscherville

06/05/1628 - EUDELINE Guillaume x LE MARCHAND Louyse

23/07/1628 - DE NESLE Jacques x PORTEREL Perrette de Martot 27

27/07/1628 - LAISNÉ Guillaume x BOUTILLON Louise

19/08/1628 - LE MONNIER François x LAISNÉ Margueritte

01/02/1629 - LE QUESNE Jean x DESHAYES Marie de Bosnormand 27

27/12/1631 - DENDEMARE Simon d'Etreville 27 x MULOT Magdelaine

24/01/1633 - CARITÉ Pierre x LE CAT Jeanne

06/04/1633 - LE QUESNE Marguerin x DESMOULINS Catherine

19/05/1635 - MULLOT Laurent x DESBUS Barbe

09/06/1636 - CARITÉ Marin x LE MONNIER Marguerite de Saint Denis (nom de l'ex paroisse) de Bosguérard 27

13/06/1636 - LE CAT Claude x PETIT Denize de Bosnormand 27

24/11/1637 - MULOT Pierre x PLANTE Marie

06/06/1638 - DESMOULINS Jean x MULLOT Magdelaine

19/06/1638 - DE NESLE Marguerin x BACHELÉ Louise d'Elbeuf 76

02/10/1638 - DESBUS Jacques x LE MONNIER Jeanne

15/11/1639 - DESHAYS Jean x COULLEBAR Françoise

19/11/1639 - HEBERT Jacques de Bosc Roger en Roumois 27 x EUDES Marie

26/04/1640 - CARITÉ Pierre x LE FEBVRE Louise

28/07/1640 - LE MONNIER François x PARISSOT Marguerite

15/03/1669 - MULLOT Charles x DUHAMEL Magdelaine de La Trinité de Thouberville 24

18/06/1669 - CARITÉ Jean x BOURDONNÉ Françoise de Bosc Bénard Commin 27

15/02/1670 - HASEY Gilles de Athis 14 x POLLET Margueritte

22/06/1671 - DE MORAINVILLE Jean du Gros Theil 27 x CARITÉ Marie

28/11/1673 - LE MONNIER François de Saint Eloi de Fourques 27 x DE NESLE Marguerite

14/06/1674 - FOSSÉ François x COSTÉ Marie de Saint Denis* de Bosguérard 27

27/11/1681 - MARTIN Nicolas x BARBANSON Marie

28/07/1682 - LAISNÉ Pierre x PARISSOT Marthe

10/02/1683 - BULTÉ Jean x ALLAIN Barbe de Saint Pierre (nom de l'ex paroisse) de Marcouville 27

23/11/1684 - LE QUESNE Jacques x LAMBERT Louise

23/01/1685 - FRÉMENT Jacques x CARPENTIER Marguerite de Thuit Hébert 27

26/06/1686 - AUVARD Pierre x LAIR Anne de Bourgtheroulde

23/01/1687 - LAISNÉ Pierre de Saint Pierre du Bosguérard 27 x CORNU Marie

25/11/1687 - CARITÉ Michel x DUHAMEL Marie de Bourgtheroulde

28/02/1688 - BOCHER Nicolas x DUGARD Marie de Bourgtheroulde

22/06/1688 - CARITÉ Charles x DUGARD Magdeleine de Bosc Roger en Roumois 27

26/11/1689 - DELAMARE Fleurent de Bourgtheroulde x DELAMARE Margueritte de Saint Amand Les Hautes Terres 27

06/02/1690 - AUVARD Jean Baptiste x LE MONNIER Jeanne de Marcouville 27

18/07/1690 - AUVARD Pierre x LE MONNIER M.Anne de Marcouville 27

29/07/1690 - LE VILAIN Jean x CARITÉ Marie de Saint Pierre du Bosguérard 27

26/05/1693 - DESPERROIS Marin de Bourgtheroulde x PARISSOT Margueritte

20/08/1693 - CARITÉ Thomas x CARITÉ Marie de Bourgtheroulde

04/06/1695 - LE BAILLIF François x DESPERROIS Magdelaine

22/11/1695 - DUHAZÉ Claude x HUE Anne

26/11/1695 - BERMENT Guillaume de Thuit Simer 27 x DE LA BARETTE Barbe

14/02/1697 - MULOT Thomas x VITCOQ Marie d'Infreville

18/05/1697 - BENARD Raulin de Saint Pierre de Bosguérard 27 x BLAISET Margueritte

21/07/1699 - PETIT VALET Nicolas de Bourgtheroulde x BINET Marie

12/11/1699 - CAUVIN Pierre de Berville en Roumois 27 x HUE Marie

09/11/1700 - CHAPELIER Jean x DUVAL Françoise

07/02/1701 - DUHASEY Jacques x JEAN Jeanne Elisabeth de Saint Denis du Bosguérard 27

14/02/1705 - JACQUIER Anthoine x DE LONGUEMARE M.Thérèse

28/11/1705 - GODARD Robert x BROUARD M.Madeleine

09/11/1706 - DESURLAMARE Nicolas de Bourgtheroulde x MARTIN Marie

02/10/1708 - MULOT Estienne de Bourgtheroulde x DUMONT Françoise

22/01/1711 - CARITÉ Jean x SORET Catherine de Thuit Hébert 27

16/02/1711 - DUVIVIER Anthoine x LELIÈVRE Marie d'Épegard 27

03/11/1711 - LE DOC Pierre de Bourgtheroulde x CARITÉ Catherine

26/07/1712 - LE BOULANGER Guillaume de Hermival 14 x MARTIN Margueritte
24/08/1713 - CARRON Simon d'Infreville x BOUVIER Anne

12/02/1714 - MARTIN Nicolas x LE BAILLIF Margueritte

23/06/1716 - POULAIN Nicolas d'Infreville x LARIBLE Catherine de Saint Éloi de Fourques 27

06/07/1716 - CARITÉ Jean x LE NORMAND Anne de Vannecrocq 27

23/11/1717 - LE ROY Pierre de Saint Aubin Jouxte Boulleng (actuel St Aubin Lès Elbeuf 76) x BÉRANGER Elisabeth de Saint Pierre de Manneville 27

01/12/1719 - DE QUATREMARE Pierre d'Ecquetot 27 x DURAND Margueritte

10/08/1720 - LE MONNIER Thomas x COSTÉ M.Madeleine de Houlbec 27

26/11/1720 - GOSSE Nicolas x MULOT Marie

09/08/1721 - DESHAYS Gaspard de Berville en Roumois 27 x LE BAILLIF Françoise

28/11/1722 - AUVARD J.Baptiste x MASSIEU Margueritte

12/06/1723 - LE RICHE Nicolas x PAUMIER M.Madeleine de Bourgtheroulde

25/10/1723 - DE LA QUÈZE Denis de Marcouville 27 x LE BAILLIF Jeanne

23/11/1723 - AUVARD Pierre x TUBEUF Marthe de Bourgtheroulde

10/02/1725 - DE LA HAYS Nicolas x GODEFROY Madeleine

05/05/1725 - GUERARD Marin de Rouen 76 x LE TELLIER Marie de Rouen 76

27/11/1725 - TUBEUF Pierre x DESHAYS Catherine de Berville en Roumois 27

28/02/1726 - CONSTANTIN Jacques de Bourgtheroulde x ESTIENNE Catherine

07/05/1726 - AUVARD Estienne x LE CARBONNIER Marie de Saint Pierre de Bosguérard 27

24/02/1727 - GOUPIL Jacques d'Angoville (fusion Berville en Roumois 27) x MONTGOUBERT Magdeleine

25/09/1728 - GOSSE Jacques Nicolas x CARRITÉ Suzanne

28/09/1728 - LE BAILLIF François x GOSSE Cartherine (sœur Jacques Nicolas)

22/11/1729 - HUMELOT Estienne de Saint Pierre de Bosguérard 27 x TAURIN Geneviève de Crosville la Vieille 27

14/02/1730 - AUVARD J.Baptiste x BROUARD Anne

20/01/1733 - DE COLLEVILLE Louis d'Angoville (fusion Berville en Roumois 27) x TUBEUF Jeanne

08/07/1738 - MAREST Louis de Houlbec 27 x DESHAYS M.Anne

28/11/1741 - BOURDON Jacques de Cesseville 27 x LÉCHEVIN Marguerite

22/11/1746 - LEGRIX Michel x ROUGET Catherine de Saint Pierre de Bosguérard 27

06/06/1752 - TUBEUF Pierre x DESHAYS M.Marthe

19/07/1763 - DESHAYS Henri de Bosnormand 27 x QUESNEY Catherine de La Hayes Aubrée 27

19/01/1773 - THOREL Pierre de La Haye Aubrée 27 x COQUIN Marie

28/09/1773 - GEFOSSE François de Berville en Roumois 27 x GRENIER M.Marthe Marguerite

03/05/1774 - PICARD Noël de Mandeville 27 x LEFEBVRE M.Marguerite Madeleine d'Infreville

27/06/1774 - ZOUIN François de Fouqueville 27 x LE MONNIER Clotilde

30/11/1775 - FLEURY Pierre de Saint Ouen du Tilleul 27 x GUENET M.Marguerite de Bosnormand 27

18/06/1776 - HUE Nicolas de La Haye du Theil 27 x GUENET M.Françoise de Bosnormand 27

07/10/1777 - DE LA QUÈZE Pierre x METTAIS M.Thérèse de Tourville La Campagne 27

21/07/1778 - TUBEUF Pierre x LEGRIX M.Catherine

06/10/1778 - BOTREL Michel de Bosnormand 27 x LE BAILLIF M.Catherine de Saint Pierre de Bosguérard 27

15/07/1780 - LE BAILLIF François de Saint Pierre du Bosguérard 27 x CAHOT M.Madeleine de Condé sur Risle 27

10/07/1781 - LE BAILLIF François x MARAIS M.Catherine de Tourville La Campagne 27

08/07/1784 - ROUSSEL J.Baptiste Marin de Rouen 76 x DOMENESQUE M.Anne de Condé sur Risle 27

08/02/1785 - LE SEIGNEUR Jean de Giverville 27 x LE QUESNE M.Catherine

27/09/1785 - LE ROUX Pierre François de Bosgouet 27 x CARITÉ M. Anne

30/01/1787 - NEVEU Jean de Bourgtheroulde x LE ROY M.Louise d'Amfeville La Campagne 27

07/08/1787 - HEUDEBRAN Marin de Bosnormand 27 x MULLOT Françoise Aimée

03/11/1787 - LE COUTURIER J.Baptiste de Brionne 27 x LE POULTIER Madelaine Catherine de Rouen 76

29/11/1787 - LEBLOND François Michel x LAURENT Angélique de Marcouville 27

23/08/1788 - QUATREMARE J.Baptiste François x DULLOS M.Suzanne d'Elbeuf 76

02/05/1789 - CARRITÉ Jean de Marcouville 27 x AUVARD M.Marguerite

26/05/1789 - MULLOT Laurent de Bourgtheroulde x BOURGALLÉ Anne M.Françoise

16/02/1790 - BOUVIER Louis Blaise de Hauville 27 x CARITÉ M.Clothilde

10/07/1790 - HELLOUIN Jacques d'Infreville x COQUELIN M.Anne Adélaïde

08/10/1791 - ANIAS Charles de Saint Denis de Bosguérard 27 x DUVIVIER M.Barbe Elisabeth

15/11/1791 - GUERARD Marcel de La Londe 76 x LARCHER Catherine

27/11/1792 - CARITÉ Pierre Guillaume de Marcouville 27 x DE LA QUÈZE M.Marthe Angélique

04/02/1793 - LE FEBVRE Pierre Jacques de Marbeuf 27 x HOMO Rose Angélique de Saint Christophe sur Condé 27

03/09/1793 - AUBRÉ Adrien de Bourgtheroulde x MULLOT M. Catherine

16/09/1793 - AUVARD Pierre de Bourgtheroulde x BOURGALLÉ M.Marthe d'Angoville (fusion Berville en Roumois 27)
BOURGTHEROULDE - PREMIER REGISTRE DES DELIBERATIONS DES CONSEILS MUNICIPAUX


Historique des événements consignés par le rédacteur de l'époque. Orthographe respectée. Reclassement par ordre de dates


1790
20/02 - Perception des revenus publics.
14.20/04 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationle - Tous jugements postérieurs aux obligations des fermiers de biens des écclésiastiques, payées en d'autres mains que celles du receveur du district non avenus au 21/09/1790.
08/05 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Poids & mesures - "Lorsque survient la Révolution le système des mesures est, en France, des plus complexe, et de plus, varie d'une région à l'autre. Les Cahiers de doléances vont refléter cette situation, un certain nombre présentant des demandes pour une harmonisation des poids et mesures. La Constituante, le 8 mai 1790, va confier à l'Académie des sciences la tâche d'étudier un nouveau système. Y travailleront, en particulier, Laplace, Monge, Borda, Lavoisier (www.histoire-empire.org/docs/bulletin_des.../systeme_metrique.htm)"
09/05 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Aliénation des domaines de la couronne.
18/06 - Infractions concernant "dixmes" (dîmes), champarts et autres droits fonciers
28/06 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Imposition des récoltes 1788 et 1790. Biens domaniaux et écclésiastiques.
02/07 - Lettre patente du roi - Décret de l'Asemblée Nationale - Confection et vérification des rôles des ci-devants privilégiés.
03/07 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Suite du décret su 03/05/1790 sur les droits féodaux.
07/07 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Armée navale
9 & 21/07 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Suppression des offices des jurés prieurs créées par l'Edit de février 1771 (Droit de 4 deniers par livre de prix de vente) qui continue à être perçu au profit du trésor public par les notaires, greffiers, huissiers, sergents.
10/07 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Recouvrement des deniers publics suspendus par gens malententionnés au lieu de l'Eglise Neuve département du Puy de "Dome"
10/07 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Régie toujours confiée à l'économe.
10.16.23.26.31/07 - Pensions - Gratifications - Reconnaissance nationale
12/07 - Proclamation - Décret de l'Assemblée Nationale - Electeurs du département de l'Eure - Division du département en 6 districts.
13/07 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Situation des impositions des exercices 1788/1789/1790 et accéler leur perception des arriérés (mention : Contribution patriotique)
18/07 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Natinale - Circulation des poudres et munitions venant : 1) des arsenaux - 2) Fabrique et magasins de la régie des poudres.
18/07 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Biens des réligionnaires fugitifs.
19/07 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Continuation de levée et perception de toutes les contributions publiques
20/07 - Subrogation à dater du 1er octobre : Perception des droits sur les cuirs tannés, apprêtés - Ouvrages en cuir apportés de l'étranger - cuirs et peaux sorties du royaume - Amidon et poudres venant de l'étranger.
20/07 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Supression des droits d'habitation, de protection, de tolérance et redevance sur les Juifs.
23/07 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Abolition retrait lignage mi-denier - droits de cartes et autres de pareille nature. (LIGNAGE MI-DENIER - "L’objet du retrait lignager est de conserver les biens dans les familles, et non de favoriser l’intérêt purement pécuniaire d’un individu. Ainsi si celui qui exerce le droit de retrait lignager revend le bien immédiatement, il y a fraude et l’acheteur évincé peut revendiquer le bien qui lui a été injustement retiré. Seuls les successibles (bénéficiaires potentiels de la succession) du vendeur peuvent exercer le retrait lignager. Pour éviter les abus, le retrait doit s’exercer au moyen une procédure judiciaire. Si le demandeur en retrait obtient gain de cause, il doit verser à l’acquéreur évincé le prix de la vente plus les « loyaux coûts » (frais de notaire et autres). La mise en œuvre du retrait ne génère pas de nouveaux droits de mutation. Il s’agit donc d’un droit destiné à maintenir les propriétés familiales, difficile d’application, et qui doit être traité en justice. Le retrait lignager a été aboli par un décret de l’Assemblée Nationale du 19/07/1790, qui abolissait le retrait lignager, le retrait de mi-denier, les droits d’écart & autres de pareille nature, (décret confirmé par lettres patentes du Roi Louis XVI, données à Saint-Cloud le 23 Juillet 1790) - Source : "Histoire Passion Brie sous Matha Saintonge".)
23/07 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Paiement d'arrièrages de rentes et pensions assignées sur le clergé 1789 et années précédentes.
23/07 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Bannières données aux 83 départements par le commune de Paris.
23/07 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Les directoires de district fixeront la somme attribuée aux députés de la Fédération.
25/07 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Délits de chasse commis dans les lieux réservés pour le plaisir du roi poursuivis devant les juges ordinaires.
25/07 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Aliénation aux municipalités de 400 millions de domaines nationaux.
26/07 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Droits de propriétés et voiries sur chemins publics, rue, places.
25.26.27/07 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Aliénation de tous les domaines nationaux.
01/08 - Proclamation du roi - Concernant le passage des troupes étrangères, police des frontières, demande des municipalités à la fabrication d'armes -
Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Punition de ceux qui s'opposent aux paiements des droits de champart.
02/08 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Il ne pourra rien être exigé des personnes remplissant des fonctions publiques pour les actes de prestation de serment.
04.05/08 - Loi : religieux & religieuses séculiers et réguliers.
06/08 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Aliénation des biens nationaux.
08/08 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Rétablissement dans les corps de troupes.
Administration des Postes. Créances arrièrées. Recouvrement des rôles des 6 derniers mois de 1789
08/08 - Lettre patente du roi - Apuration du recouvrement de la contribution patriotique.
10/08 - Arrêt du Conseil d'Etat du roi - Contestation des règles générales de la perception
Paiements, aides et octrois conservés - AIDES(Impôts : Voir rubrique MÉTIERS)
10/08 ? - Disposition du décret : les enfant nés de mariages protestants et catholiques n'auront d'effet que pour les mariages contractés depuis le 1er août.
11/08 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Octrois - Elimination des douanes et péages intérieurs. Mesure demandée par l'opinion publique et alimentée par les idées physiocratiques constituant l'environnement intellectuel de l'époque (Physiocrate : Nom que se donnèrent au dix-huitième siècle certains économistes, qui soutenaient que toute richesse vient des produits de la terre, c’est-à-dire de l’agriculture). Dans leur journal "les éphémérides du citoyen", les physiocrates expliquaient comment un commissaire de police allant chercher du vin dans le midi pour le ramener à Paris avait traversé: 8 douanes intérieures et 9 péages et avait versé 2 droits seigneuriaux et 7 octrois. Les étapes fiscales ne suivaient en effet aucune règle précise, placées arbitrairement elles représentaient des entraves importantes à la circulation : nombreuses formalités, beaucoup à payer. Cela avait conduit l'Etat à racheter les péages aux seigneurs dés 1779 et fin 1790, l'assemblée constituante supprima les droits intérieurs sous l'impulsion d'un rapport de Dupont de Neumours. Les douanes sont ainsi reportées aux frontières politiques de la France avec des tarifs assez similaires à ceux de l'Ancien Régime et avec des formalités de perception et de contrôle identiques (le personnel continue à être formé par la ferme - L'impôt de la révolution à 1914. www.libres.org/francais/dossiers/impot/impots_p3_historique2.htm" -"WIKIPEDIA - FERME : La Ferme Générale, constituée réellement en 1726, était une compagnie de financiers à laquelle étaient affermés par bail les droits de Traite et autres droits indirects. Par son organisation, elle correspondait, sous l'Ancien Régime, à l'une des formes que prend aujourd'hui une délégation de service public. Dans une telle délégation, l'État confie à un organisme privé des missions relevant d'un service public, en l'occurrence ici, le recouvrement de certains impôts." )
13/08 - Proclamation du roi - décret de l'Assemblée Nationale - Plus de concession d'apanages et révocation de ceux des ci-devants concédés - (Petit LAROUSSE : Portion de domaine que les souverains donnaient à leurs fils cadets ou à leurs frères et qui, en général, devaient revenir à la couronne)
14/08 - Loi : dépenses des travaux littéraires.
15/08 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Paiement des arrérages de la dette publique. (Petit LAROUSSE - Arrérages : ce qui est dû d'un revenu quelconque)
16/08 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Réduction des dépenses des bureaux de l'administration générale des domaines. Suppression des contrôleurs généraux - (WIKIPEDIA : "L'office fut créé en 1547, avec deux titulaires dont la fonction était de vérifier les dépenses et les recettes exécutées par le trésorier de l'Épargne, alors véritable maître des finances royales. Les contrôleurs tirent leur nom du registre ou contre-rôle dans lequel ils tenaient compte des actes du trésorier. L'office de contrôleur général n'est donc pas à l'origine une fonction d'administration ou de gouvernement, réservée aux intendants des finances ou au surintendant des finances, mais une fonction de vérification")
17/08 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Omission du mot CENT fait dans les assignats de 300 livres.18/08 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - abolition du droit d'Aubaine et de Détraction - "Le traité de 1778 avec la France en particulier américains affranchis citoyens des charges de deux restrictions au droit des étrangers de disposer de biens ou en hériter, qui étaient alors fréquents dans les lois civiles des pays : le droit d'aubaine et le droit de la médisance (jus detractus). Le droit d'aubaine a été le droit féodal du souverain de s'approprier le bien des étrangers qui sont morts dans le royaume ; un aspect de cette doctrine était l'incapacité complémentaire d'un étranger d'hériter, même à partir d'un citoyen. Le droit d'aubaine a été remplacé au cours du 18ème siècle par le droit de la médisance, une taxe imposée sur le droit pour un étranger d'hériter des biens de personnes décédées dans le domaine et prélevés sur la suppression de la propriété héritée par l'étranger à partir du défunt - www.duhaime.org/.../D/Droitdaubaine.aspx " - "Droit de détraction, droit par lequel le souverain distrait une partie des successions qu'il permet aux étrangers de recueillir - Dictionnaire de la langue française LITTRÉ".
19/08 - Proclamation du roi - Recouvrements des avances faites pour subsistances.
20/08 - Proclamation du roi - Instruction de l'Assemblée Nationale - Fonctions des assemblées administratives.
20/08 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Demandes des municipalités (Ce qu'elles feront des armes)
28/08 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Désignation des villes où seront placés les tribunaux du district.29/08 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Postes et messageries . (Internet. Histoire de la poste : Cette loi de réorganisation des Postes et Messageries maintient le bail en cours jusqu´au 31 décembre 1791, ainsi que le tarif de 1759 et "tous les règlements d´après lesquels sont administrés les postes aux lettres et postes aux chevaux". A dater du 1e janvier 1792, l´administration doit être régie par un directoire composé d´un président et de quatre administrateurs non intéressés aux produits de la poste.
29/08 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Réformation du décret du 15 août 1790 sur les droits de propriétés et voiries sur les chemins publics.
31/08 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Ateliers de secours à former dans Paris, banlieux et départements.
- Compétence des corps administratifs (L’Assemblée constituante en 1790 a voulu soustraire le contentieux mettant en cause l’administration de la compétence des tribunaux judiciaires. Ceci traduisait la méfiance à l'égard des "parlements", accusés d'avoir empiété dans la sphère du politique et de l’administratif par le pouvoir d’enregistrer et donc de rendre applicables les décisions royales, mais aussi par le pouvoir de rendre des arrêts à portée réglementaire. Les révolutionnaires ont voulu écarter la justice des opérations de l'administration, l'activité consistant à juger l’administration est considérée comme le prolongement de l’activité administrative. Ils ont voulu confier à l’administration elle-même le soin de résoudre les conflits auxquels elle est partie. Source : lexinter.net)
09/09 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Délits des forçats et sécurité des ports.
10/09 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Suppression des rentes, indemnités, secours, traitements, commission établie pour le soulagement des maisons religieuses. (Article 7 de ce décret - “Les secours accordés à des paroisses particulières, hôpitaux, hospices, hôtels-dieu, hôpitaux d’enfants trouvés, ne seront plus fournis par le trésor public, à compter du 1er janvier 1791 : il sera pourvu à leurs besoins par les municipalités et les départements respectifs - Source : pouponniere's Blog)
11/09 - Proclamation (pas de mention "du roi") - Décret de l'Assemblée Nationale - Organisation judiciaire -"Les lois révolutionnaires n’ont pas désigné un juge spécial pour le contentieux administratif. Seulement, après que la loi des 16-24 août 1790 eut exclu la compétence du juge judiciaire, ces lois remirent aux administrateurs le soin de se juger eux-mêmes. Ainsi la loi des 7-11 septembre 1790 fait des directoires de districts et de départements, conseils exécutifs de ces collectivités, les juges des affaires locales, et la loi des 27 avril-25 mai 1791 attribue les autres litiges au conseil des ministres présidé par le roi, ce qui aboutira finalement, en application de la Constitution de l’an III, à les transférer aux ministres pris chacun en ce qui les concerne. INTERNET - Source : Gilles J. GUGLIELMI. Professeur de droit public"
Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - (pas de date) - Des assemblées ont été tenues au château de Galley portant défense aux gardes nationales de tenir des assemblées (autorisées seulement de leur dépôt par le Directoire)
12/09 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Election des juges - "Les présidents des administrations de département et de districts sont éligibles aux places de juges - INTERNET : Les archives de la Révolution dans l'Ain."
12/09 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Perception des droits d'imposition.
13/09 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Cours des assignats - INTERNET - WIKIPEDIA - "L'assignat était une monnaie sous la Révolution française. À l'origine il s'agissait d'un titre d'emprunt émis par le Trésor en 1789, dont la valeur est assignée sur les biens nationaux. Les assignats deviennent une monnaie en 1791, dont la valeur est le plus souvent comprise entre 2 et 30 sols, et les assemblées révolutionnaires multiplient les émissions, qui entraînent une forte inflation. Le cours légal des assignats est supprimé en 1797... Pour soutenir l'assignat, plusieurs lois successives sont votées, toujours plus dures, comme la fermeture provisoire de la Bourse de Paris (décret du 27 juin 1793)"
14/09 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Revenus des décimes versés à la caisse de l'extraordinaire - Décime : impôt dont le roi frappait les revenus du clergé. "WIKIPEDIA : Caisse de l'Extraordinaire créée le 19 décembre 1789 et définitivement organisée le 6 décembre 1790"
16/09 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - 210.000 livres payées à la caisse des Invalides pour prestation des oblats (Petit LAROUSSE - Oblat : Laïque qui s'agrège à un ordre religieux en lui faisant l'abandon de ses biens)
21/09 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale :
- Réglementation concernant les boutons des uniformes des gardes nationales.
- Liberté et circulation intérieure des grains. Dispositions prohibitives à l'exportation
- Actes d'insubordination à bord des vaisseaux et escadre de Brest - (Mutinerie des équipages des vaisseaux Le Léopard et Le Patriote qui entraînent une grève de l'arsenal. Source : les.guillotines.free.fr/chronologie%201790.htm)
- Liquidation : communes divisées entre plusieurs départements - (En 1790 la France est divisée en communes issues des communautés villageoises d'Ancien régime: 41.000 à 44.000 selon les limites considérées. La densité des communautés rurales puis des communes est très variable pour des départements occupant à peu près la même superficie... 882 pour l'Eure - Source : Antoine Follain, professeur d'histoire moderne à l'université de Strasbourg (texte de 1995). Rappel : le Hameau de Saint Nicolas attribué à La Londe 76 fut restitué à Bourgtheroulde 27 (CHRONIQUE DE BOURGTHEROULDE).
27/09 -Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Déclarations et inventaires faits à l'époque des vendanges, Aides, Droits etc. sur boissons & vendanges.
27/09 - Loi : formation d'un tribunal de cassation.
29/09 – 08 & 10/10 – Proclamation du roi – Décret de l’Assemblée Nationale – Remboursement de la dette non constituée de l’état, ci-devant clergé. Création de nouveaux assignats « Le 29 septembre 1790 contre les avis de personnalités aussi diverses que Talleyrand, Maury, Dupont de Nemours, Lavoisier ou Condorcet l'assignat devient papier-monnaie ne porte plus d'intérêt et son cours devient forcé. 800 millions sont de nouveau émis portant à 1,2 milliards de livres le volume d'assignats pour un stock de monnaie métal de 2,2 milliards de livres. La tendance s'accentuera dans les années suivantes, en juin 1791 on émettra 1,6 milliards d'assignats, 4 milliards en octobre 1792, 9 milliards en septembre 1793, 14 milliards en février 1794 et 30 milliards en janvier 1795. Source : revolution.1789.free.fr/page-4.htm »

CONSTITUTION DU 24 JUIN 1793

DÉCLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN

Le peuple français, convaincu que l'oubli et le mépris des droits naturels de l'homme, sont les seules causes des malheurs du monde, a résolu d'exposer dans une déclaration solennelle, ces droits sacrés et inaliénables, afin que tous les citoyens pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement avec le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais opprimer, avilir par la tyrannie ; afin que le peuple ait toujours devant les yeux les bases de sa liberté et de son bonheur ; le magistrat la règle de ses devoirs ; le législateur l'objet de sa mission - En conséquence, il proclame, en présence de l'Être suprême, la déclaration suivante des droits de l'homme et du citoyen.
Article premier Le but de la société est le bonheur commun. Le gouvernement est institué pour garantir à l'homme la puissance de ses droits naturels et imprescriptibles –
Article 2 Ces droits sont l'égalité, la liberté, la sûreté, la propriété –
Article 3 Tous les hommes sont égaux par la nature et devant la loi –
Article 4 La loi est l'expression libre et solennelle de la volonté générale ; elle est la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse ; elle ne peut ordonner que ce qui est juste et utile à la société ; elle ne peut défendre que ce qui lui est nuisible –
Article 5 Tous les citoyens sont également admissibles aux emplois publics. Les peuples libres ne connaissent d'autres motifs de préférence, dans leurs élections, que les vertus et les talents –
Article 6 La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui : elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait –
Article 7 Le droit de manifester sa pensée et ses opinions, soit par la vole de la presse, soit de toute autre manière, le droit de s'assembler paisiblement, le libre exercice des cultes, ne peuvent être interdits. La nécessité d'énoncer ces droits suppose ou la présence ou le souvenir récent du despotisme -
Article 8 La sûreté consiste dans la protection accordée par la société à chacun de ses membres pour la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés –
Article 9 La loi doit protéger la liberté publique et individuelle contre l'oppression de ceux qui gouvernent -
Article 10 Nul ne doit être accusé, arrêté ni détenu, que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu'elle a prescrites. Tout citoyen, appelé ou saisi par l'autorité de la loi, doit obéir à l'instant ; il se rend coupable par la résistance -
Article 11 Tout acte exercé contre un homme hors des cas et sans les formes que la loi détermine, est arbitraire et tyrannique ; celui contre lequel on voudrait l'exécuter par la violence a le droit de le repousser par la force –
Article 12 Ceux qui solliciteraient, expédieraient, signeraient, exécuteraient ou feraient exécuter des actes arbitraires, seraient coupables, et doivent être punis –
Article 13 Tout Homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi –
Article 14 Nul ne doit être jugé et puni qu'après avoir été entendu ou légalement appelé, et qu'en vertu d'une loi promulguée antérieurement au délit. La loi qui punirait les délits commis avant qu'elle existât serait une tyrannie ; l'effet rétroactif donné à la loi serait un crime –
Article 15 La loi ne doit décerner que des peines strictement et évidemment nécessaires : les peines doivent être proportionnées au délit et utiles à la société –
Article 16 Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie –
Article 17 Nul genre de travail, de culture, de commerce, ne peut être interdit à l'industrie des citoyens –
Article 18 Tout homme peut engager ses services, son temps ; mais il ne peut se vendre, ni être vendu ; sa personne n'est pas une propriété aliénable. La loi ne reconnaît point de domesticité ; il ne peut exister qu'un engagement de soins et de reconnaissance, entre l'homme qui travaille et celui qui l'emploie -
Article 19 Nul ne peut être privé de la moindre portion de sa propriété sans son consentement, si ce n'est lorsque la nécessité publique légalement constatée l'exige, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité -
Article 20 Nulle contribution ne peut être établie que pour l'utilité générale. Tous les citoyens ont le droit de concourir à l'établissement des contributions, d'en surveiller l'emploi, et de s'en faire rendre compte –
Article 21 Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler –
Article 22 L'instruction est le besoin de tous. La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de la raison publique, et mettre l'instruction à la portée de tous les citoyens -
Article 23 La garantie sociale consiste dans l'action de tous, pour assurer à chacun la jouissance et la conservation de ses droits ; cette garantie repose sur la souveraineté nationale –
Article 24 Elle ne peut exister, si les limites des fonctions publiques ne sont pas clairement déterminées par la loi, et si la responsabilité de tous les fonctionnaires n'est pas assurée -
Article 25 La souveraineté réside dans le peuple ; elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable –
Article 26 Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier ; mais chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d'exprimer sa volonté avec une entière liberté -
Article 27 Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l'instant mis à mort par les hommes libres –
Article 28 Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures –
Article 29 Chaque citoyen a un droit égal de concourir à la formation de la loi et à la nomination de ses mandataires ou de ses agents –
Article 30 Les fonctions publiques sont essentiellement temporaires ; elles ne peuvent être considérées comme des distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs -
Article 31 Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n'a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens -
Article 32 Le droit de présenter des pétitions aux dépositaires de l'autorité publique ne peut, en aucun cas, être interdit, suspendu ni limité –
Article 33 La résistance à l'oppression est la conséquence des autres Droits de l'homme -
Article 34 Il y a oppression contre le corps social lorsqu'un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé - Article 35 Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

ACTE CONSTITUTIONNEL
De la République
Article premier La République française est une et indivisible. De la distribution du peuple -
Article 2 Le peuple français est distribué, pour l'exercice de sa souveraineté, en Assemblées primaires de canton -
Article 3 Il est distribué, pour l'administration et pour la justice, en départements, districts, municipalités.

De l'état des citoyens -
Article 4 Tout homme né et domicilié en France, âgé de vingt et un ans accomplis ; - Tout étranger âgé de vingt et un ans accomplis, qui, domicilié en France depuis une année - Y vit de son travail - Ou acquiert une propriété - Ou épouse une Française - Ou adopte un enfant - Ou nourrit un vieillard ; - Tout étranger enfin, qui sera jugé par le Corps législatif avoir bien mérité de l'humanité - Est admis à l'exercice des Droits de citoyen français -
Article 5 L'exercice des Droits de citoyen se perd - Par la naturalisation en pays étranger - Par l'acceptation de fonctions ou faveurs émanées d'un gouvernement non populaire - Par la condamnation à des peines infamantes ou afflictives, jusqu'à réhabilitation –
Article 6 L'exercice des Droits de citoyen est suspendu - Par l'état d'accusation - Par un jugement de contumace, tant que le jugement n'est pas anéanti.

De la souveraineté du peuple –
Article 7 Le peuple souverain est l'universalité des citoyens français -
Article 8 Il nomme immédiatement ses députés -
Article 9 Il délègue à des électeurs le choix des administrateurs, des arbitres publics, des juges criminels et de cassation –
Article 10 Il délibère sur les lois.
Des Assemblées primaires –
Article 11 Les Assemblées primaires se composent des citoyens domiciliés depuis six mois dans chaque canton -
Article 12 Elles sont composées de deux cents citoyens au moins, de six cents au plus, appelés à voter -
Article 13 Elles sont constituées par la nomination d'un président, de secrétaires, de scrutateurs.
Article 14 Leur police leur appartient -
Article 15 Nul n'y peut paraître en armes –
Article 16 Les élections se font au scrutin, ou à haute voix, au choix de chaque votant –
Article 17 Une Assemblée primaire ne peut, en aucun cas, prescrire un mode uniforme de voter –
Article 18 Les scrutateurs constatent le vote des citoyens qui, ne sachant pas écrire, préfèrent de voter au scrutin –
Article 19 Les suffrages sur les lois sont donnés par oui et par non -
Article 20 Le vœu de l'Assemblée primaire est proclamé ainsi : Les citoyens réunis en Assemblée primaire de... au nombre de... votants, votent pour ou votent contre, à la majorité de...

De la Représentation nationale -
Article 21 La population est la seule base de la représentation nationale –
Article 22 Il y a un député en raison de quarante mille individus –
Article 23 Chaque réunion d'Assemblées primaires, résultant d'une population de 39 000 à 41 000 âmes, nomme immédiatement un député –
Article 24 La nomination se fait à la majorité absolue des suffrages –
Article 25 Chaque Assemblée fait le dépouillement des suffrages, et envoie un commissaire pour le recensement général au lieu désigné comme le plus central –
Article 26 Si le premier recensement ne donne point de majorité absolue, il est procédé à un second appel, et on vote entre les deux citoyens qui ont réuni le plus de voix –
Article 27 En cas d'égalité de voix, le plus âgé a la préférence, soit pour être ballotté, soit pour être élu. En cas d'égalité d'âge, le sort décide –
Article 28 Tout Français exerçant les droits de citoyen est éligible dans l'étendue de la République –
Article 29 Chaque député appartient à la nation entière –
Article 30 En cas de non-acceptation, démission, déchéance ou mort d'un député, il est pourvu à son remplacement par les Assemblées primaires qui l'ont nommé –
Article 31 Un député qui a donné sa démission ne peut quitter son poste qu'après l'admission de son successeur –
Article 32 Le peuple français s'assemble tous les ans, le 1er mai, pour les élections –
Article 33 Il y procède quel que soit le nombre de citoyens ayant droit d'y voter -
Article 34 Les Assemblées primaires se forment extraordinairement, sur la demande du cinquième des citoyens qui ont droit d'y voter –
Article 35 La convocation se fait, en ce cas, par la municipalité du lieu ordinaire du rassemblement –
Article 36 Ces Assemblées extraordinaires ne délibèrent qu'autant que la moitié, plus un, des citoyens qui ont droit d'y voter, sont présents.

Des Assemblées électorales –
Article 37 Les citoyens réunis en Assemblées primaires nomment un électeur à raison de 200 citoyens, présents ou non ; deux depuis 301 jusqu'à 400 ; trois depuis 501 jusqu'à 600 –
Article 38 La tenue des Assemblées électorales, et le mode des élections sont les mêmes que dans les Assemblées primaires

Du Corps législatif –
Article 39 Le Corps législatif est un, indivisible et permanent –
Article 40 Sa session est d'un an –
Article 41 Il se réunit le 1er juillet –
Article 42 L'Assemblée nationale ne peut se constituer si elle n'est composée au moins de la moitié des députés, plus un –
Article 43 Les députés ne peuvent être recherchés, accusés ni jugés en aucun temps, pour les opinions qu'ils ont énoncées dans le sein du Corps législatif –
Article 44 Ils peuvent, pour fait criminel, être saisis en flagrant délit : mais le mandat d'arrêt ni le mandat d'amener ne peuvent être décernés contre eux qu'avec l'autorisation du Corps législatif.
Tenue des séances du Corps législatif –
Article 45 Les séances de l'Assemblée nationale sont publiques –
Article 46 Les procès-verbaux de ses séances seront imprimés –
Article 47 Elle ne peut délibérer si elle n'est composée de deux cents membres au moins -Article 48 Elle ne peut refuser la parole à ses membres, dans l'ordre où ils l'ont réclamée -
Article 49 Elle délibère à la majorité des présents –
Article 50 Cinquante membres ont le droit d'exiger l'appel nominal –
Article 51 Elle a le droit de censure sur la conduite de ses membres dans son sein –
Article 52 La police lui appartient dans le lieu de ses séances, et dans l'enceinte extérieure qu'elle a déterminée –

Des fonctions du Corps législatif –
Article 53 Le Corps législatif propose des lois et rend des décrets –
Article 54 Sont compris, sous le nom général de loi, les actes du Corps législatif, concernant : - La législation civile et criminelle ; L'administration générale des revenus et des dépenses ordinaires de la République ; Les domaines nationaux ; Le titre, le poids, l'empreinte et la dénomination des monnaies ; La nature, le montant et la perception des contributions ; La déclaration de guerre ; Toute nouvelle distribution générale du territoire français ; L'instruction publique ; Les honneurs publics à la mémoire des grands hommes –
Article 55 Sont désignés, sous le nom particulier de décret, les actes du Corps législatif, concernant : L'établissement annuel des forces de terre et de mer - La permission ou la défense du passage des troupes étrangères sur le territoire français - L'introduction des forces navales étrangères dans les ports de la République - Les mesures de sûreté et de tranquillité générales - La distribution annuelle et momentanée des secours et travaux publics - Les ordres pour la fabrication des monnaies de toute espèce - Les dépenses imprévues et extraordinaires - Les mesures locales et particulières à une administration une commune, à un genre de travaux publics - La défense du territoire - La ratification des traités - La nomination et la destitution des commandants en chef des armées - La poursuite et la responsabilité des membres du conseil, des fonctionnaires publics - L'accusation des prévenus de complots contre la sûreté générale de la République - Tout changement dans la distribution partielle du territoire français - Les récompenses nationales –

De la formation de la loi –
Article 56 Les projets de loi sont précédés d'un rapport –
Article 57 La discussion ne peut s'ouvrir, et la loi ne peut être provisoirement arrêtée que quinze jours après le rapport –
Article 58 Le projet est imprimé et envoyé à toutes les communes de la République, sous ce titre : loi proposé –
Article 59 Quarante jours après l'envoi de la loi proposée, si, dans la moitié des départements, plus un, le dixième des Assemblées primaires de chacun d'eux, régulièrement formées, n'a pas réclamé, le projet est accepté et devient loi –
Article 60 S'il y a réclamation, le Corps législatif convoque les Assemblées primaires.

De l'intitulé des lois et des décrets –
Article 61 Les lois, les décrets, les jugements et tous les actes publics sont intitulés : Au nom du peuple français, l'an... de la République française.

Du Conseil exécutif –
Article 62 Il y a un Conseil exécutif composé de vingt-quatre membres –
Article 63 L'Assemblée électorale de chaque département nomme un candidat. Le Corps législatif choisit, sur la liste générale, les membres du Conseil –
Article 64 Il est renouvelé par moitié à chaque législature, dans les derniers mois de sa session –
Article 65 Le Conseil est chargé de la direction et de la surveillance de l'administration générale ; il ne peut agir qu'en exécution des lois et des décrets du Corps législatif –
Article 66 Il nomme, hors de son sein, les agents en chef de l'administration générale de la République -
Article 67 Le Corps législatif détermine le nombre et les fonctions de ces agents –
Article 68 Ces agents ne forment point un conseil ; ils sont séparés, sans rapports immédiats entre eux ; ils n'exercent aucune autorité personnelle –
Article 69 Le Conseil nomme, hors de son sein, les agents extérieurs de la République –
Article 70 Il négocie les traités –
Article 71 Les membres du Conseil, en cas de prévarication, sont accusés par le Corps législatif
Article 72 Le Conseil est responsable de l'inexécution des lois et des décrets, et des abus qu'il ne dénonce pas –
Article 73 Il révoque et remplace les agents à sa nomination –
Article 74 Il est tenu de les dénoncer, s'il y a lieu, devant les autorités judiciaires. Des relations du Conseil exécutif avec le Corps législatif –
Article 75 Le Conseil exécutif réside auprès du Corps législatif ; il a l'entrée et une place séparée dans le lieu de ses séances –
Article 76 Il est entendu toutes les fois qu'il a un compte à rendre –
Article 77 Le Corps législatif l'appelle dans son sein, en tout ou en partie lorsqu'il le juge convenable.
Des corps administratifs et municipaux –
Article 78 Il y a dans chaque commune de la République une administration municipale - Dans chaque district, une administration intermédiaire - Dans clinique département, une administration centrale –
Article 79 Les officiers municipaux sont élus par les Assemblées de commune -
Article 80 Les administrateurs sont nommés par les assemblées électorales de département et de district –
Article 81 Les municipalités et les administrations sont renouvelées tous les ans par moitié -
Article 82 Les administrateurs et officiers municipaux n'ont aucun caractère de représentation. Ils ne peuvent, en aucun cas, modifier les actes du Corps législatif, ni en suspendre l'exécution –
Article 83 Le Corps législatif détermine les fonctions des officiers municipaux et des administrateurs, les règles de leur subordination, et les peines qu'ils pourront encourir –
Article 84 Les séances de municipalités et des administrations sont publiques.

De la Justice civile –
Article 85 Le code des lois civiles et criminelles est uniforme pour toute la République –
Article 86 Il ne peut être porté aucune atteinte au droit qu'ont les citoyens de faire prononcer sur leurs différends par des arbitres de leur choix –
Article 87 La décision de ces arbitres est définitive, si les citoyens ne se sont pas réservé le droit de réclamer –
Article 88 Il y a des juges de paix élus par les citoyens des arrondissements déterminés par la loi
- Article 89 Ils concilient et jugent sans frais –
Article 90 Leur nombre et leur compétence sont réglés par le Corps législatif –
Article 91 Il y a des arbitres publics élus par les Assemblées électorales –
Article 92 Leur nombre et leurs arrondissements sont fixés par le Corps législatif –
Article 93 Ils connaissent des contestations qui n'ont pas été terminées définitivement par les arbitres privés ou par les juges de paix –
Article 94 Ils délibèrent en public. Ils opinent à haute voix. Ils statuent en dernier ressort, sur défenses verbales, ou sur simple mémoire, sans procédures et sans frais. Ils motivent leurs décisions –
Article 95 Les juges de paix et les arbitres publics sont élus tous les ans.

De la Justice criminelle –
Article 96 En matière criminelle, nul citoyen ne peut être jugé que sur une accusation reçue par les jurés ou décrétée par le Corps législatif. Les accusés ont des conseils choisis par eux, ou nommés d'office. L'instruction est publique. Le fait et l'intention sont déclarés par un juré de jugement. La peine est appliquée par un tribunal criminel –
Article 97 Les juges criminels sont élus tous les ans par les Assemblées électorales.

Du Tribunal de cassation –
Article 98 Il y a pour toute la République un Tribunal de cassation –
Article 99 Ce tribunal ne connaît point du fond des affaires - Il prononce sur la violation des formes et sur les contraventions expresses à la loi –
Article 100 Les membres de ce tribunal sont nommés tous les ans par les Assemblées électorales.

Des Contributions publiques –
Article 101 Nul citoyen n'est dispensé de l'honorable obligation de contribuer aux charges publiques.

De la Trésorerie nationale –
Article 102 La trésorerie nationale est le point central des recettes et dépenses de la République
Article 103 Elle est administrée par des agents comptables, nommés par le Conseil exécutif -
Article 104 Ces agents sont surveillés par des commissaires nommés par le Corps législatif, pris hors de son sein, et responsables des abus qu'ils ne dénoncent pas.

De la Comptabilité -
Article 105 Les comptes des agents de la trésorerie nationale et des administrateurs des deniers publics, sont rendus annuellement à des commissaires responsables, nommés par le Conseil exécutif –
Article 106 Ces vérificateurs sont surveillés par des commissaires à la nomination du Corps législatif, pris hors de son sein, et responsables des abus et des erreurs qu'ils ne dénoncent pas. Le Corps législatif arrête les comptes.

Des Forces de la République –
Article 107 La force générale de la République est composée du peuple entier –
Article 108 La République entretient à sa solde, même en temps de paix, une force armée de terre et de mer –
Article 109 Tous les Français sont soldats ; ils sont tous exercés au maniement des armes –
Article 110 Il n'y a point de généralissime –
Article 111 La différence des grades, leurs marques distinctives et la subordination ne subsistent que relativement au service et pendant sa durée –
Article 112 La force publique employée pour maintenir l'ordre et la paix dans l'intérieur, n'agit que sur la réquisition par écrit des autorités constituées -
Article 113 La force publique employée contre les ennemis du dehors, agit sous les ordres du Conseil exécutif –
Article 114 Nul corps armé ne peut délibérer.

Des Conventions nationales –
Article 115 Si dans la moitié des départements, plus un, le dixième des Assemblées primaires de chacun d'eux, régulièrement formées, demande la révision de l'acte constitutionnel, ou le changement de quelques-uns de ces articles, le Corps législatif est tenu de convoquer toutes les Assemblées primaires de la République, pour savoir s'il y a lieu à une Convention nationale –
Article 116 La Convention nationale est formée de la même manière que les législatures, et en réunit les pouvoirs –
Article 117 Elle ne s'occupe, relativement à la Constitution, que des objets qui ont motivé sa convocation.

Des rapports de la République française avec les nations étrangères –
Article 118 Le Peuple français est l'ami et l'allié naturel des peuples libres –
Article 119 Il ne s'immisce point dans le gouvernement des autres nations ; il ne souffre pas que les autres nations s'immiscent dans le sien –
Article 120 Il donne asile aux étrangers bannis de leur patrie pour la cause de la liberté. Il le refuse aux tyrans –
Article 121 Il ne fait point la paix avec un ennemi qui occupe son territoire.

De la Garantie des Droits –
Article 122 La Constitution garantit à tous les Français l'égalité, la liberté, la sûreté, la propriété, la dette publique, le libre exercice des cultes, une instruction commune, des secours publics, la liberté indéfinie de la presse, le droit de pétition, le droit de se réunir en sociétés populaires, la jouissance de tous les Droits de l'homme –
Article 123 La République française honore la loyauté, le courage, la vieillesse, la piété filiale, le malheur. Elle remet le dépôt de sa Constitution sous la garde de toutes les vertus –
Article 124 La déclaration des Droits et l'acte constitutionnel sont gravés sur des tables au sein du Corps législatif et dans les places publiques.

SOURCE : Assemblée nationale - Constitution de 1793 ou de l'an I - www.assemblee-nationale.fr/.../constitutions/constitution-de-1793-an l


BOURGTHEROULDE - PREMIER REGISTRE DES DELIBERATIONS DES CONSEILS MUNICIPAUX - suite


29/09 - Décret de l'Assemblée Nationale - Nomination des membres des administrations et directoires du district.
01/10 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Difficultés par suspension des comptes arrièrés. Remise de pièces et papiers par les départements.
03/10 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Fonds nécessaires aux services du trésor public - Situation impositions directes et indirectes - Etat des matières d'or et d'argent portées aux "autels" des monnaies pour y être fabriquées.
3/8/9/10 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Répartition des impositions pour 1790.
05/10 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Les municipalités, districts, départements, se permettent de suspendre l'exécution des décrets de l'Assemblée Nationale.
07/10 – Lettre patente du roi – Décret de l’Assemblée Nationale – Ventes faites en justice autrement qu’en vertu des décrets – Biens du clergé – Fabriques – Établissements publics.
09/10 - Lettre patente du roi - Décret de l'Assemblée Nationale :
- Formation dans chaque directoire de département d'un comité contentieux provisoire jusqu'au moment où les juges du district seront en activité.
- Droits sur cuirs et peaux.
09/10 - Etat certifié de tous les écclésiastiques par chaque département.
11/10 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Les apanagistes (nobles pourvus d'un apanage (apanage : domaine foncier) pourront faire couper et exploiter les coupes de bois dans le cours de l'hiver prochain.
12/10 – Proclamation du roi – Décret de l’Assemblée Nationale :
– Anciens juges : les tribunaux se trouvant séparés sans avoir formé de tableau de ses dettes actives ne pourront s’assembler.
- Un seul bureau de contre-seing (Signature d'une deuxième personne qui atteste la signature principale ou prend un engagement - Source : Dictionnaire de la langue française) des lettres et paquets. Nomination des membres ou directeurs des Postes.
14/10 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale :
- Administrateurs, fermiers, régisseurs, directeurs, contrôleurs, receveurs des impositions indirectes et différents droits
18/10 - Loi : articles additionnels sur la constitution du clergé.
19/10 - Proclamation du roi – Décret de l’Assemblée Nationale :
– Articles additionnels. Ordres justiciers « Le grand divorce de 1790 : la séparation des autorités administratives et judiciaires… interdiction faite aux magistrats judiciaires (aussi bien les procureurs que les juges) de connaître des affaires de l'administration. Cette interdiction est absolue, et comme tout ce qui est absolu en France, connaît des exceptions. Sources : Les leçons de Maître Eolas - Journal d'un avocat - Instantanés de la justice et du droit »
- Rentrées dans les écoles publiques.
19/10 - Loi : administration des monastères.
21/10 :
- loi sur les couleurs des pavillons des vaisseaux de guerre.
- Composition du Corps Royal du Génie.
27/10 - Installation des juges de district.
03/11 - Rassemblement des Conseils des départements.
04/11 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Sommes payées aux collèges, université, écoles d'équitation.
04/11 - Loi : Fabrication des assignats.
05/11 - Loi : droit d'assistance sur la demie du traitement des juges et commissaires du roi.
05/11 - Solde et appointements des soldats, sous-officiers et officiers du corps des Suisses (En 1497, le roi Charles VIII créait la compagnie des Cent-Suisses de la garde. Il s'agissait de la première unité suisse permanente au service d'un souverain étranger, corps de parade plutôt que militaire... Le corps est supprimé en 1792 par l'Assemblée nationale, rétabli en 1814 par Louis XVIII et subsiste jusqu'en 1830 - Source : WIKIPEDIA)
06/11 - Loi : liquidation de l'office de l'amirauté.
06.07/11 - Loi : liquidation de la dette publique.
09/11 - Proclamation du roi - Décret de l'Assemblée Nationale - Différentes dépenses pour la tenue des assemblées primaires - "WIKIPEDIA : L’assemblée primaire élisait une assemblée de District qui siégeait moins de 15 jours par an et élisait un Directoire de district composé de 4 membres, lequel désignait un président et un procureur-syndic. De même, au niveau départemental, les assemblées primaires siégeaient un mois par an, désignaient des représentants qui formaient un conseil départemental qui élisait un Directoire départemental, lequel désignait un président et un procureur syndic. Dans ces assemblées, le conseil gère le législatif, les finances, les travaux, le Directoire étant l’exécutif chargé de surveiller l’application des textes. Les représentant étaient élus pour 4 ans renouvelables par moitié tous les deux ans. Les assemblées départementales étaient soumises à l’autorité centrale, que ce soit le Roi ou la Convention".
12/11 - Loi sur les droits féodaux rachetables - Loi : vente de grains et farines appartenant à la nation - Loi : surveillance des ordres du roi - Loi : disposition pour l'habillement et armement des vainqueurs des batailles - Loi : vente des étalons appartenant à la nation
10/11 - Loi concernant les collecteurs d'impôts.
12/11 - Loi sur opposition des cy-devant propriétaires.
13/11 - Droit pour tous les citoyens de former des sociétés libres.
14/11 - loi sur la constitution civile du clergé - Loi : suppression des receveurs généraux et particuliers des finances.
15/11 - Suppression des officiers payeurs et contrôleurs des rentes de l'ancien clergé.
17/11 - loi : serments des ambassadeurs, ministres, etc. employés à l'étranger - Loi : fourniture de tabac aux matelots.
18/11 - Loi sur les assignats - Loi sur les adjudants généraux de l'armée et aides de camp
19/11 - Suppression de réunions - estimation des arbres fruitiers - loi sur le service de la poste aux lettres.
19/11 - Loi sur la liquidation des rachats offerts aux administrateurs nationaux.
20/11 - Loi : liberté de vendre du sel - Paiement des pensions du clergé séculier et régulier.
20/11 - Protection des établissements français à Avignon et maintien de la tranquillité de cette ville.
22/11 - Domaines nationaux : échanges et concessions, apanages.
24/11 - Réélection des officiers municipaux - Suppression des brevets de retenue (brevet par lequel le roi donnait une certaine somme sur le prix d'une charge, d'un gouvernement, etc., à la femme, aux héritiers ou aux créanciers du titulaire. Source : AU BLASON DES ARMOIRIES)
25/11 - Baux à loyer des bureaux établis à l'intérieur du royaume par la Régie des Traites (Ou appelait traites dans les anciennes ordonnances les droits que l’on prélevait sur les marchandises à l’entrée et à la sortie d’une province ou d’un royaume : Impôts sur le sel, le vin, les eaux-de-vie - Source : Histoire Passion "La traite de Charente")
26/11 - Tanneurs et fabricants de peaux.
27/11 - Loi du royaume - Décret de l'Assemblée Nationale - Serment écclésiastique à l'issue de la messe.
28/11 - La liquidation des offices est supprimée.
29/11 - Loi : décharge des cy-devants seigneurs hauts-justiciers - Loi : obligation de nourrir les enfants abandonnés et subsistance des orphelins.
29/11 - Acquisition de biens nationaux : soumission à faire par les municipalités - Situation des tribunaux et administrations - Colonie des Antilles : ordre à rétablir à la Martinique.
01/12 :
- Les juges de paix commenceront leurs fonctions (Tribunaux de districts non installés) - Loi pour formation de tribunaux d'appel.
- Biens possédés par les protestants des confessions d'Ausbourg et helvétiques : exemption de la vente ordonnée par les biens nationaux.
01/12 - Loi : les fermiers généraux tenus à le dîme suivant estimation amicale ou juridique - Loi : contribution foncière.
02/12 - Loi sur les impositions directes et autres lois.
03/12 : Vente de biens, collèges, maisons d'enseignement public.
- Autorisation du corps législatif : Impôts ou emprunts à faire par les municipalités, district ou départements
- Défense de renouveler les billets d'emprunt faits par les régisseurs généraux des vivres de la marine, fixant la manière de remboursement de ces billets.
04/12 - Capitation des membres des cy-devants Cour supérieure (Capitation, créée en 1695, elle repose sur une division de la propriété en vingt-deux classes, chaque classe étant imposée selon un tarif différent. D’abord instituée à titre temporaire, elle devient un impôt définitif et prend la forme, dans les pays d’oïl, d’un impôt complémentaire à la taille personnelle. Source : WIKIPEDIA "Histoire de l'imposition en France")
05/12 - Enregistrement des actes civils et judiciaires des titres de propriété.
06/12 - Accord provisoire au ministre de la Marine : 3 millions 312.993 livres 17 sols pour armement.
06/12 - Loi : organisation de la force publique.
06/12 - Organisation de la caisse extraordinaire - "L'Assemblée nationale, après avoir ordonné la vente des biens domaniaux et ecclésiastiques, a établi une caisse particulière sous le nom de Caisse de l'extraordinaire où doivent être versés tous les fonds provenant de la vente de ces biens, les revenus de ceux qui ne sont point encore vendus ou qui sont conservés, et le produit de la contribution patriotique - Gautier, Dict. de la Constitution , (s.v. caisse) (Paris)"
07/12 :
- Droits sur marchandises venant du commerce français au delà du Cap de Bonne Espérance - Droits sur les deniers venant des colonies dans le provinces de Bretagne, Lorraine et Franche-Comté
- Circulation des grains et farines à l'intérieur du royaume (émeutes à ce sujet dans le Nord et le Pas-de-Calais)
- Mode d'avancement des élèves et des officiers attachés au corps du Génie.
08/12 :
- Constitution civile du clergé - Les sœurs converses donneront leurs voix dans les élections comme les sœurs choristes ((Les Sœurs converses étaient assignées aux tâches domestiques pour permettre aux Sœurs choristes, plus instruites et plus fortunées, de se consacrer à la prière - Source : Le carnet du flâneur) et les religieux convers.
- Nouvelles mesures pour les grains (Le décret du 8 mai 1790 définit le système métrique décimal qui tend à uniformiser les poids et mesures en France. Aux termes de ce décret, les municipalités doivent envoyer à l'Académie des Sciences les modèles anciens des poids et mesures les plus utilisés dans chaque localité - Source : Association Les Amis de la Mesure)
10/12 - arrérages des pensions - Traitement clergé actuel.
11/12 - Contributions foncières - La Caisse extraordinaire versera au Trésor Public le solde de 45 millions en assignats - Nulles et non avenues les cartouches jaunes délivrées aux cavaliers et sous-officiers du Régiment royal Champagne.
12/12 :
- Prévention des désordres commis par les cy-devants soldats des troupes "belgiques" (!) en Pays-Bas, Autriche ou Luxembourg - Plus de traitements aux cy-devants intendants.
- pêcheurs des différents ports du royaume (Marseille)
15/12 :
- Dégâts occasionnés par les inondations dans divers départements du royaume.
- Médailles frappées en mémoire de l'abandon des privilèges.
- Corps royal de l'artillerie
16/12 :
- 15 millions destinés à l'établisement d'ateliers de charité.
- Dette constituée pour le clergé, mode de son remboursement.
19/12 - Avis des districts du département sur pétitions et requêtes.
20/12 :
- Nouveaux assignats.
- Perception des droits de la Régie des domaines à contrôler. Distribution du papier timbré.
- Chambre des comptes (La chambre des comptes, chargée de surveiller la gestion de tous les financiers du royaume, data du commencement du XIVe siècle. Il en est déjà question dans une ordonnance du 20 avril 1309... Elle a existé jusqu'en 1790. Au moment où elle a été supprimée par la loi du 7 septembre 1790, elle comprenait avec les greffiers, procureurs, contrôleurs, etc., deux cent quatre-vingt-neuf officiers et se divisait en plusieurs chambres particulières, telles que la chambre des fiefs, qui recevait les actes de foi et hommage, les aveux et dénombrements ; la chambre des terriers, dépositaire des terriers de tous les domaines compris dans la censive du roi, etc. Source : AU BLASON DES ARMOIRIES)
21/12 :
- Découvertes utiles et propriétés des auteurs.
- Droits de créances sur les offices ministériels.
- Une statue pour Jean Jacques ROUSSEAU et une pension pour sa veuve.
24/12 :
- Administration du département et du district : ne peuvent nommer ni entretenir des agents auprès du roi et du corps législatif.
- Appels des jugements prévotaux (les prévôts jugeaient les « excès, oppressions et autres crimes » commis par les militaires : Source www.senat.fr - Rapports › Rapports législatifs La Gendarmerie nationale succède, en 1791, à la maréchaussée, organisée, au XIVe siècle, pour maintenir l’ordre dans la troupe et sur ses arrières, empêcher les pillages et rattraper les déserteurs. Après la création d’une noyau d’armée permanent, au milieu du XVe siècle, les délégués des maréchaux, les prévôts (du latin prepositi, préposé), s’installent en province, où ils accomplissent bientôt des tournées régulières pour juger les soldats fautifs en temps de paix : Source REVUE DE LA SOCIÉTÉ NATIONALE. HISTOIRE ET PATRIMOINE DE LA GENDARMERIE)
25/12 - Comptes rendus par le receveur général de la caisse du clergé.
26/12 :
- Assèchement des marais.
- Extrait du registre des délibérations du Directoire du département de l'Eure
27/12 :
- Beaux et sous-beaux des messageries.
- Boutons des Gardes Nationales de France.
28/12 - Suspension du paiement du 100ème denier dû pour la charge de perruquier.
29/12 :
- Rentes perpétuelles à la charge de l'Etat.
- Administration des fabriques.

1791
02/01 - Paiement des billets de retenue.
09/01 :
- Serment prescrits
- Pension des officiers ci-devant appelés officiers de fortune âgés de 70 ans et ayant plus de 20 années de service (Soldat de fortune. Officier de fortune. Homme de guerre qui, par sa valeur, s’est élevé des derniers rangs aux plus hauts grades - Source Wiktionnaire)
- Pensions payées à la Caisse des Economats et à celle de l'ancienne administration du clergé.
- Articles additionnels au code pénal de la marine.
11/01 - Ecclésiastiques en démence, infirmes ou âgés de 70 ans.
15/01 - Comptes à rendre par les receveurs particuliers des décimes.
16/21 - Administration de district et de département.
20/01 - Contrats des ventes sur le ci-devant clergé.
27/01 - Remplacement du fonctionnaire écclésiastique qui n'aurait pas prêté le serment du 20 janvier 1791.
21/10 - Soldats tenant garnison sur les vaisseaux.
28/01 - Election des membres de la Cour de cassation.

"Tous les décrets cy-dessus registrés ont été lus, publiés et affichés. Décrets enregistrés, publiés et affichés dans Bourgtheroulde"
DONS DE LA COMMUNE DE BOURGTHEROULDE

26 avril 1821 - Cent francs sont affectés sur les dépenses imprévues à l'occasion du baptême du duc de Bordeaux fixé au 1er mai afin de remplir les vues et les intentions paternelles de sa majesté. Il y aura distribution de secours aux indigents et nécessiteux domiciliés dans la commune. (Le duc de Bordeaux, Henri Charles Ferdinand Dieudonné de Bourbon, petit-fils de Charles X et fils posthume de Ferdinand duc de Berry assassiné le 13 février 1820 par Louvel)

10 novembre 1822 - Une offrande de cent francs est faite pour l'acquisition du domaine de Chambord pour le duc de Bordeaux, "grâce au dévouement de la population de la commune pour la famille auguste de nos rois".
Février 1855 - Quarante-quatre francs de souscription sont donnés pour l'érection d'une statue de Napoléon Ier à Fontainebleau. Le gouvernement refuse cette somme qui est affectée au bureau de bienfaisance.

20 mai 1902 - Une souscription en faveur des sinistrés de la Martinique est votée. (Le tremblement de terre du 8 mai a détruit entièrement la ville de Saint-Pierre). Un deuil national a été décrété. Des collectes sont organisées dans la commune. Le maire informe qu'il a reçu l'offre de personnalités de la commune pour l'organisation d'une soirée artistique qui sera donnée sous la Halle au même bénéfice et sous les hospices de la municipalité. Le préfet adresse ses remerciements.

1903 – Le 26 février, les marins bretons remercient les membres du conseil municipal pour leur don. (Au cours des années 1902-1903, les sardines disparurent complètement des eaux bretonnes, ne remontant plus du sud. Les pêcheurs furent réduits au chômage. Un élan de solidarité national permit à des familles entières de ne pas sombrer dans la misère - Archives Départementales d'Ille et Vilaine.

1908 - Une subvention de cinq francs est votée le 11 juin. La commune participe ainsi au rachat de la maison natale de Pierre Corneille rue de la Pie à Rouen.

1910 – Les récentes inondations ont occasionné la misère de nombreuses familles ouvrières. Le département de l'Eure a été particulièrement éprouvé. Le 10 février, le maire propose d'ouvrir une souscription, adoptée par les conseillers municipaux qui s'inscrivent en tête de liste. En mars, la somme récoltée est adressée au préfet en lui demandant qu'elle soit affectée au département.

29 juin 1917 - Le conseil municipal vote une subvention de 50 francs en faveur de l'Office Départemental des Pupilles de la Nation.

9 mars 1919 - Une aide de cent cinquante francs est adressée au département des Ardennes dont les populations ont été sévèrement éprouvées par les armées allemandes.

15 décembre 1920 - La commune offre cinq cents francs à la commune de Dompierre en Santerre (Somme) complètement anéantie par les Allemands.

Novembre 1921 - Un secours de cinquante francs est voté pour la commune de Dompierre en Santerre (Somme) dévastée par la guerre pour l'achat de vêtements, chaussures et objets de première nécessité. Le Bureau de Bienfaisance offre deux cent cinquante francs.

Août 1923 - Cinquante francs sont accordés au Comité départemental des Mutilés, Réformés et Veuves de Guerre.
8 août 1923 - Une subvention de cent francs est votée au profit des sinistrés du Japon. (Un violent tremblement de terre, dont l'épicentre est situé à Kanto, a causé d'importantes destructions à Tokyo et Yokohama. Le séisme a fait cent mille victimes).

8 août 1923 - Cent francs sont accordés au profit du monument de la Victoire érigé à la gloire des soldats de Verdun.

Décembre 1929 - une subvention est adressée à la ville de Tarbes pour l'érection d'un monument élevé au maréchal Foch.

27 février 1930 - Une subvention est adressée aux sinistrés du Midi. (Douze départements sont submergés par des pluies torrentielles, provoquant la mort de 200 personnes, 10.000 sinistrés, destruction de 3.000 maisons et 11 grands ponts. L'eau du Tarn, en particulier, est montée de 17 mètres en 24 heures. Le dimanche 9 mars est déclaré jour de deuil national).

1932 – Une souscription est ouverte pour les sinistrés tunisiens. Cette demande, formulée par une circulaire de la sous-préfecture, s'adresse aux présidents des sociétés locales. (En décembre 1931, le sud de la Tunisie est ravagé par un cyclone).

25 mai 1932 - La commune accorde une subvention de cent francs à la mairie de Pacy sur Eure pour l'érection d'un monument en mémoire de M. Aristide Briand (ancien président du conseil).

1935 - Bourgtheroulde est membre adhérent de la Société des Monuments et Sites de l'Eure et paie une cotisation de quinze francs.

Cent cinquante francs de subvention sont accordés au dispensaire antituberculeux de Pont-Audemer appelé à rendre de grands services dans la région.

Avril 1944 – Une quête est organisée au profit des sinistrés de la région rouennaise victimes des bombardements. Les conseillers municipaux y participent en allant dans les quartiers.

11 juin 1946 - Un monument sera élevé à Bernay en mémoire des morts du Maquis. Bourgtheroulde vote cinq cents francs de subvention.

1948 - Un don est fait au Comité Français pour l'érection d'un monument dédié au Président Roosevelt (USA).

8 août 1951 - Une subvention est votée afin de participer à la souscription pour la réalisation du monument à la gloire des armées alliées à l'occasion du centenaire du maréchal Foch, en la mémoire des trois maréchaux pyrénéens : Joffre (né à Rivesaltes – Pyrénées Orientales), Foch (né à Tarbes - Hautes Pyrénées) et Galliéni (né à Saint Béat – Haute Garonne).

1953 - Une souscription est ouverte en faveur des sinistrés hollandais en février. Un don de dix mille francs est versé à la Croix Rouge. La violente tempête du 31 janvier au 1er février provoqua de terribles inondations aux Pays-Bas.

1954 - Une subvention est adressée aux sinistrés d'Orléanville (actuelle El Asnam, en Algérie), victimes d'un tremblement de terre.

1955 - Bourgtheroulde apporte son concours à la souscription nationale pour le mémorial de la Déportation de Struthof. (Ce camp de concentration fut créé le 21 mai 1941 à Natzwiller-Struthof en Alsace occupée. Il fut le seul érigé sur le sol français. Les résistants y étaient incarcérés. 52.000 personnes y furent emprisonnées. 20.000 périrent. Le 3 novembre 2005, un hommage national est rendu en présence du Président de la République.)

1958 - La commune participe à la "Semaine du cancer" par le vote le 11 avril d'une subvention de deux mille francs.

Une subvention est votée le 24 octobre en faveur des sinistrés du Gard. (Le 11 octobre, des pluies torrentielles ravagent ce département et font des dizaines de victimes).

1959 - Mille francs sont alloués à l'Association Départementale des Prisonniers de Guerre pour l'érection d'un Mémorial de la Captivité.

Un secours est adressé aux sinistrés de Madagascar. (L'île fut dévastée par un cyclone).

Dix mille francs sont adressés aux sinistrés de la catastrophe de Fréjus (Var). Le 2 décembre, la rupture du barrage de Malpasset sur le Reyran provoque une terrible inondation qui ravage la ville. 423 personnes décédées sont officiellement recensées.

1960 - une subvention est votée pour la restauration du château de Versailles.

1963 - Une subvention est votée aux sinistrés de la Martinique ravagée par un cyclone.

2001 - Le 4 octobre, une minute de silence est observée en hommage des catastrophes qui ont touché les villes de New York et Toulouse.

(Le 11 septembre, les tours jumelles du World Trade Center à New York sont détruites par des terroristes de la mouvance Al Qaïda, lesquels, après avoir détourné deux avions longs courriers, les précipitent sur les immeubles qui s'enflamment et s'écroulent, faisant plus de 3.000 victimes.

Le 21 du même mois, à Toulouse, l'usine chimique AZF explose, provoquant la mort de 31 personnes ; 2.500 blessés sont recensés).

Le maire rappelle qu'en 1871, à la suite des combats des 3 et 4 janvier, la commune de Bourgtheroulde a été sinistrée et secourue par la ville de New-York. Il suggère de participer à la collecte organisée par les sapeurs-pompiers de Seine-Maritime, destinée aux familles des pompiers victimes de la catastrophe de New-York. Ce qui est accepté à l'unanimité.

Le 9 novembre, une subvention de cinq mille francs est adressée aux pompiers de New-York.

2003 - Une subvention de 50 euros est affectée à l'association « enfant Bleu. Enfance maltraitée ».

2005 - Une subvention exceptionnelle de 2.668 euros (1 euro par habitant) est versée au profit des sinistrés du tremblement de terre et du tsunami qui ont ravagé les états de l'Asie bordant l'Océan Indien fin 2004 (304.800 morts et disparus. Chiffre approximatif)
Extraits : MÉMOIRES DE VILLAGE - COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE BOURGTHEROULDE-INFREVILLE - Editions "petit à petit" Juin 2006



ONÉSIME PINCHON, GARDE CHAMPÊTRE - Les gardes champêtres jouaient un rôle très important dans les villages jusqu'aux années qui suivirent le deuxième conflit mondial.

A Bourgtheroulde (où des gardes furent employés de 1790 à 1976) comme ailleurs, ils cumulaient souvent, outre leur fonction principale de gardiens de l'ordre, plusieurs attributions : Concierge de la "Maison de sûreté" (la prison) voire secrétaire de mairie.

Le premier, Pierre Louis CARITÉ, prête serment comme garde "messier" et doit surveiller les moissons et autres plantes alimentaires. Il relève les infractions commises dans la commune, contrôles les débits de boisson et inflige des procès-verbaux au cabaretiers servant de l'alcool ou du café pendant les offices religieux, ce qui est rigoureusement interdit ! En 1793, il prête à nouveau serment comme garde champêtre.

Onésime PINCHON, garde champêtre de 1886 à 1804, touchait 345 F de salaire par an, était logé à la mairie et habillé par la commune. Il fut l'auteur de procès-verbaux savoureux, notamment dans une affaire de chardons broussailleux chez Paul GASSE, maire d'Infreville et propriétaire d'un château à Bourgtheroule, ce qui explique le ton du document !



DÉSIRÉ FILOQUE ET SES SUCCESSEURS, DES GÉNÉRATIONS D'INVENTEURS - Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Bourgtheroulde connut son heure de gloire "industrielle" avec un inventeur ingénieux et infatigable, Désiré Epiphane Filoque, fils d'un artisan menuisier, tonnelier et vitrier. Très jeune, excellent musicien, il s'illustre dans la fanfare avec son cor d'harmonie. Ce n'est pas ce talent qui le rendra célèbre, mais l'intérêt qu'il porte à la fabrication des métiers à tisser et aux amélioration que l'on peut y apporter, ce à quoi il s'intéresse sans cesse. Il est choisi pour faire partie des exposants de l'Eure à l'exposition Universelle de 1855 à Paris, mais la malchance fait que ses machines n'arrivent pas à temps dans la capitale... Il crée également des moulins portatifs à bras pour moudre le grain plus commodément. Il commence à collectionner les médailles d'or et s'intéresse aussi au machines à battre, tandis qu'il s'investit activement dans la vie municipale comme adjoint au maire à partir de 1888. Ses affaires demeurent florissantes jusqu'à la guerre de 1914. Son gendre, CHARLES NOYELLE, qui épousa Simone, la fille de DÉSIRÉ en 1931, sera inventeur lui-même de plusieurs types de remorques liées au développement des systèmes de traction avec l'apparition des tracteurs, notamment de remorques équipées de pneus agraires. Il rencontre LOUIS RENAULT qui décide, au vu travail accompli, d'implanter une enseigne RENAULT à Bourgtheroulde en 1936 (le logo de l'époque est toujours à sa place !). Le fils de CHARLES, JACQUES NOYELLE, prendra sa suite et développera le secteur automobile, toujours sous la marque RENAULT, transformant les ateliers de construction en garage, avec atelier de tôlerie et de peinture.



DU CHEVAL AU 4x4 - Après avoir pratiqué l'agriculture pendant une dizaine d'années à Saint Denis Des Monts, MAURICE BARBÉ s'installe à Bourgtheroulde en 1918 pour y développer le commerce du bois, se plaçant comme intermédiaire entre le propriétaire forestier et le client, cubant, évaluant, proposant le juste prix. Cet homme dynamique, ayant le sens des relations, s'engage là sur une voie royale : tout le monde, ou presque, se chauffe encore au bois et c'est un matériau de première importance pour la construction et l'industrie. Notre négociant n'a pas son pareil pour prendre, de tête, les mensurations des arbres encore sur pied, repérant tout de suite leur état de santé. Toujours de tête, aidé juste par un pied à coulisse, il divise le diamètre du tronc par deux, multiplie son rayon par lui-même puis pas "pi" (3,1416), puis la hauteur de l'arbre, par le prix au mètre cube, et voilà ! Il cherche aussi des débouchés, vendant le plus souvent aux scieries alentour et, dès les années trente, il pousse jusqu'à Boulogne-Billancourt. Lui aussi se lie avec les usines RENAULT, qui recherchent des arbres de qualité pour la fabrication de ses camions, dont les plateaux arrières sont en bois, ainsi que les ridelles et certaines parties de l'habitacle. Au fil des années, les moyens de transports de ce bois évoluent avec le progrès, passant du cheval au tracteur puis, plus récemment, au 4x4.



L'ÉCOLE D'INFREVILLE DEVIENT UN POSTE MÉDICAL - Lors du repli des forces allemandes après le débarquement en Normandie du 6 juin 1944, plusieurs postes médicaux furent installés à Bourgtheroulde et l'école d'Infreville fut également affectée à cet usage. Monsieur VALLÉE, instituteur nommé en 1942 à Infreville, raconte : "Ils ont réquisitionné la salle de la mairie parce que le sol était carrelé ; c'était plus facile pour laver le sang après les opérations chirurgicales, c'est ce qu'ils nous ont dit". Les blessés arrivaient du front, certains en side-car. Le jeune couple dut cohabiter avec un vieux médecin major et son ordonnance. Ils partageaient leur cuisine, l'officier prenant ses repas dans la salle à manger. La retraite ne leur avait pas fait perdre le moral et ils sablaient le champagne ! Le soir, ils utilisaient les verres en cristal, cadeau de mariage de Mme VALLÉE, "mais ils ne m'ont rien cassé" dit-elle avec soulagement. Mais son mari regrette toujours son saxophone, que les Allemands emportèrent après deux semaines de "séjour" chez eux, en jouant même sur la chenillette qui les emmenait vers l'Est. "De toute façon, ils ne savaient pas en jouer" rappelle Monsieur VALLÉE" 87 ans.



LA SAINT LAURENT - Les Anciens se souviennent encore des défilés de chars dans la Grand Rue, le premier dimanche d'août. Dès le mois de juin, quelques groupes d'habitants se réunissaient pour préparer les cinq ou six chars de la fête avec découpage, façonnage et collage de milliers de fleurs en papier, et petites collations pour soutenir le moral des troupes. Des chars, mais aussi des petites voitures pour vendre des confettis. Tout le bourg était en fête, les magasins décorés de guirlandes et les rues illuminées. Les élus, aidés de bénévoles, allaient couper des branches de bouleau et les déposaient le samedi matin devant chaque maison. La retraite aux flambeaux se déroulait depuis la Route de Rouen jusqu'aux pépinières RAFIN où le Blanc d'Anjou et le cidre attendaient les participants. Les soirées du samedi et dimanche se terminaient par un bal, et le dimanche, la messe se faisait en musique avec pain bénit offert par les boulanger du pays. Mais ce n'était pas tout : Concours de dominos le lundi, feu d'artifice, tombola dont les lots étaient un vélo et un fer à repasser, lâcher de ballons et enfin, le lundi après-midi, course cycliste interrégionale "Circuit du Roumois", 120 kms en deux tours partant de Bourgtheroulde et passant par Bervile, Brèche d'Iville, Bourg Achard, Maison Brûlée et retour à Bourgtheroulde. Enfin, le lundi soir, un bal déguisé clôturait la fête face du bistrot du père MORDRET.



LE CONSEIL DE RÉVISION - Dans la joie et la bonne humeur, les garçons du canton de la même classe d'âge se pressaient chaque année pour passer le conseil de révision à la mairie de Bourgtheroulde. Hé oui, dans la joie et la bonne humeur ! Ils se déshabillaient dans une salle de l'étage et, s'ils tardaient à le faire, les gendarmes les y aidaient... Ensuite tout nus et en file indienne, après la pesée et le passage sous la toise, ils se présentaient devant le médecin major, les maires et les conseillers municipaux du canton et même parfois le conseiller général. A la sortie, des vendeurs ambulants leur proposaient des cocardes arborant des slogans ronflants : "Bon pour le service", "Bon pour les filles"... Et la fête pouvait commencer !



LES FÊTES DE LA JEUNESSE - Les années de l'immédiat après-guerre ont été marquées dans les villages par l'essor des fêtes cantonales de la jeunesse, où les élèves des écoles présentaient des enchaînements d'ensemble de figures de gymnastique. Un instituteur de Bourgtheroulde, BERNARD VALLÉE, jouait à cette époque le rôle de moniteur et enfourchait sa moto, après la classe, pour entraîner les enfants des villages alentour à la synchronisation et à l'harmonie des mouvements rythmés. Ses efforts étaient récompensés par de bien belles fêtes !



LE VOYAGE DU COQ - Quand on doit refaire le clocher de l'église, il est obligatoire d'en retirer le coq trônant fièrement au sommet... On en profite pour le rénover, lui aussi, tant qu'à faire et, avant de le reposer sur son poste de vigie, il est de tradition de le promener en grande pompe dans le village. C'est ce qui se passa encore à Bourgtheroulde en 1979 et à Infreville en 1985 : Les couvreurs présentèrent de maison en maison le coq rutilant et décoré de rubans colorés... dont la cravate du maire. Les couvreurs, selon la coutume, récoltaient quelques pièces à chaque visite, amassant ainsi un petit pécule avant de réinstaller le coq sur son clocher pour qu'il continue à veiller sur le village.



UN VOYAGE PEU BANAL - En 1955, JULES AUVARD, exploitant forestier à Infreville, décide d'emmener sa petite famille en vacances. Quoi de plus normal, me direz-vous. Seulement, il compte se déplacer à bord d'un gazogène, camion "fédéral" consommant ses trois sacs de 30 kilos de bois au 100 kms ! Si le confort est un peu rustique, le côté pratique a été, lui, bien étudié, la visibilité est excellente et la vitesse du véhicule donne tout loisir pour admirer le paysage des régions traversées... La moyenne générale s'établit autour de 35 kms/h et sur les treize jours que dure le périple, 1800 kilos de bois sont brûlés pour parcourir 1900 kms. Quid de l'itinéraire ? Partie de Bourgtheroulde le 6 septembre, la famille AUVARD dort à Tours puis rallie les Landes et randonne vers Arcachon pour gagner ensuite la frontière espagnole. Bains de mer jalonnent le parcours et SERGE AUVARD se souvient encore des serviettes de bain séchant sur un fil tendu sur le camion... Ils reviendront à Bourgtheroulde en suivant le chemin des écoliers, passant par Nantes, Rennes, le Mont Saint Michel, Avranches et Caen. La presse locale se fit l'écho de cette aventure.




| Accueil | Origines | Bâtiments | Guerres | Métiers | Communes fusionnées | Registres | Page 9 |
créez vous aussi votre propre site !
BOURGTHEROULDE (Eure) - Le village de THÉROULDE 1025/2005 - Page 9 (Pays du Monde - Villes et Villages)    -    Auteur : Hombeline - France


27357 visiteurs depuis 2011-11-01
dernière mise à jour : 2014-10-12

Blog-City >> Pays du Monde >> Blog #14362
pour trouver un petit job dans votre région

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish