Technologie - Autres
Technologie des secours - Different poëme sur les pompiers.
Présentation du site.
les moyen des pompiers.
Images des vehicules cités.
Different poëme sur les pompiers.
Les quatre étapes pour porter secours
images des premier secours
Images du matériel.
Les grades.
Les spécialistes.
Images des spécialistes cités.
Les J.S.P.
Les pompiers étrangers.
Comment devenir pompiers?




L'Ethique Du Sapeur-Pompier
Altruisme, efficience, discrétion

"Je ne veux pas connaître ni ta philosophie,
ni ta religion, ni ta tendance politique,
peu m'importe que tu sois jeune ou vieux,
riche ou pauvre, français ou étranger.
Si je me permets de te demander quelle est ta peine,
ce n'est pas par indiscrétion mais bien pour mieux t'aider.
Quand tu m'appelles, j'accours,
mais assure toi de m'avoir alerté par les voies les plus rapides et les plus sûres.
Les minutes d'attente t'apparaîtront longues, très longues;
dans ta détresse pardonne mon apparente lenteur."

/Ce texte a été écrit par le Général CASSO, Commandant la BSPP du 1er avril 1967 au 26 août 1970. /


Le Casque et l'Enfant

Dis maman,
Où est le monsieur au casque brillant ?
Il est venu par la fenêtre en rampant,
Me chercher dans mon petit lit brûlant.
Il m'a protégé de son corps puissant
Et m'a enlevé par la fenêtre en un instant.
Il m'a remis dans tes bras en souriant.
Alors, tu m'as serré sur ton coeur en pleurant.
Il est reparti en courant
Avec son casque brillant.

Dis maman,
Quand je serai grand,
Tu m'achèteras un casque brillant,
Pour que je puisse en souriant
Sauver les petits enfants
Et les remettre dans les bras de leur maman ?

Oui, mon enfant
Mais quand tu seras grand,
Si tu portes un casque brillant,
Il faudra que tu sois vaillant
Pour que je sois fière à ce moment
Mais comme toutes les autres mamans,
Lorsque leur enfant
Porte un casque brillant
J'en tremblerai en y pensant.

Ce texte a été écrit en 1980, par le Capitaine Roland PICQUOT, sapeur-pompier à Cherbourg.


Le Casque

Bonnet à la dragonne sein d’une fleur de Lys,
Ecusson de métal de ceux qui aiment servir,
Telle la côte de maille et la coiffe de cuir,
Je ne servais naguère qu’à distinguer mes fils.

La calotte de fer qui protégeait leurs têtes,
Se bomba lentement, pris cimier et visière
Pour enfanter ce casque aux éclats de lumière,
Symbole du métier et fleuron de nos fêtes.

Arborant le plumet près de l’aigle impérial,
Le temps est révolu où, orné de chenille,
De couleur rouge et noire, jugulaire à écailles,
Je couvrais fièrement l’officier à cheval.

Après avoir servi sous les bombardements,
Pour protéger tous ceux qui allaient secourir
Choisissant de sauver et parfois de périr,
Ajoutant le courage à leur grand dévouement.

Reluisant de fierté, aux mains de nos anciens,
Qui me déposeront fièrement sur vos têtes
Symbole du devoir au cœur des gens honnêtes,
Vous devrez me choyer plus que tout autre bien.

Dans le feu de l’action, tu devras rester sage,
Je serais toujours là, protégeant ton courage,
Moi, recouvrant ton chef, tu ne pourras fumer,
Par respect pour tous ceux qui au feu sont restés.

Je devrai demeurer l’objet de ta fierté,
Que tu regarderas toujours comme l’emblème
D’une passion immense, d’un métier que l’on aime,
Et qu’il faut exercer avec humilité.

A tes fils, à tes filles raconte nos actions,
Lorsque tu auras vieilli, que je serai terni,
Dis leur les sacrifices de toute notre vie,
Pour qu’à leur tour ils vivent aussi cette passion.

Alors je referai encore une carrière,
Pour de nouveau servir à secourir tes frères.

(Source inconnue)


Mon Papa A Moi, Il Est Pompier

Mon papa à moi il est pompier.
Quand sa boîte noire se met à sonner,
Il s'en va dans la nuit sur la pointe des pieds.
Il croît que je dors à poings fermés,
Mais je suis réveillé car moi aussi un jour je serai pompier.

Quand je pleure la nuit,
Il vient me voir dans mon petit lit,
Il me serre dans ses bras,
Et j'aime beaucoup quand il fait ça.
Dès fois maman tremble quand il est pas là,
Et moi, j'ai peur quand il ne rentre pas.

Quand il rentre triste le soir,
Je lui fais des câlins pour qu'il garde espoir,
Alors il me fait essayer son casque brillant.
Comme j'ai l'air d'un grand!

Mon papa il est combattant du feu,
Il est vraiment courageux.
Un jour viendra,
J'irai voir mon papa,
Je courrai dans la caserne pour lui sauter au cou,
Je lui ferai plein de bisous,
Parce que mon papa à moi je l'aime beaucoup.

Gwenaëlle


Aimer Un Pompier Volontaire

Si un jour tu aimes un pompier...
Il faut que tu sois certaine
Que ton coeur soit comme une borne-fontaine
Capable de combattre feux et flammes
Qui pourraient incendier ton âme.

Si un jour tu aimes un pompier...
Il faudra accepter de te priver
Car quand arrive la fumée
Il vole vers son auto
Et pense déjà à ses tuyaux.
A cet instant précis
Il pense à sauver des vies,
Inquiet et nerveux
Il s'en va au feu
En plein coeur de la nuit
Sans penser à lui.

Si un jour tu aimes un pompier...
Il n'existe aucune sirène
Pour étouffer ta haine
Face à cette fumée noire
Qui te l'enlève souvent le soir.
A son retour tu es éveillée
Mais lui est bien fatigué
Il n'a plus le temps de te parler
Car au matin il doit aller travailler.
Comme tu as eu peur!
Mais tu le trouves courageux d'être sapeur.
Quand il trouve enfin le sommeil
Tu penses encore à la veille
Au moment où l'alarme a sonné
Et que ta vie de couple a été dérangée.
Le lendemain, ne lui demande jamais s'il te trouve belle
Alors qu'il te parle de ses échelles
Ou bien qu'il te raconte ses histoires
Sur les appareils respiratoires
Car il n'aura pas d'heure
Pour te parler des extincteurs.

Si un jour tu aimes un pompier...
Regarde le bien, quand il conduit l'unité de secours
Tu es certaine de n'avoir aucun recours
Et surtout aucun discours sur l'amour.
Quand il conduit le camion
Il a l'air d'un petit garçon.
Ne se sent-il pas un peu champion?

Si un jour tu aimes un pompier...
Tu ressentiras de la fierté
Dans son uniforme de le voir parader.
Quelle joie doit t'apporter?
D'entendre ton enfant crier:
"Moi mon Papa, il est pompier"
A compter de cet instant
Tu te diras qu'il y a des moments
Où il est facile d'accepter
Le choix de son métier
Si tu le laisses devenir pompier un jour!
Tu peux être certaine qu'il voudra l'être la nuit comme le jour!
Comprendre pourquoi il est pompier?
N' est-ce pas cela l'aimer!

Ginette Barry, Ville Sainte-Catherine, Québec,Canada


Pompier Par Vocation

Si au fond de ton coeur
Il y a une lueur
Qui peut vaincre la peur
Et soulager la douleur

Si tu as choisi
De sauver des vies
De jour comme de nuit
Sur un accident ou un incendie

Ce ne sera pas aisé
Il te faudra lutter
Devant certains blessés
Pour ne pas leur montrer
Que leur cas est désespéré

Tu devras les soulager
Sans te décourager
Et cacher ta fragilité
En les voyant lutter
Pour ne pas s'en aller

Si au fond de ton âme
Il existe une flamme
Pour combattre les drames
Ce sera ta meilleure arme

Si tu as le courage
Ainsi que la rage
D'affronter les flammes de l'enfer
Sans jamais faire marche arrière

Si tu as ces qualités
Ton chemin est tout tracé
Tu seras pompier
Car il faut l'avouer
C 'est un très beau métier
Mais qui n'a pas que des bons cotés

Mais si telle est ta volonté
Alors sois pompier
Il te faudra l'assumer
Mais tu pourras apprécier
Les vies que tu auras sauvées.

Nina


Hommage Aux Combattants Du Feu

Tu voulais devenir pompier
Tu en avais toujours rêvé
J'étais si fière de ton métier
Et de tant de volonté.

Aujourd'hui, tu nous as quittés
Je n'y étais pas préparée
Tu as sauvé une vie
Mais c'est toi qui as péri

Dans cette maison en flamme
Tu n'entendais que les larmes
De cet enfant apeuré
Sans penser au danger

Tu faisais ton métier
C'était tout ce qui t'importait
Au milieu de cet incendie
Tu ne te souciais que du petit

Sa mère était soulagée
De retrouver son bébé
Mais elle n'a pas imaginé
Que tu pourrais y rester

La maison s'est écroulée
Tu es resté bloqué
Tes collègues n'ont pas pu te sauver
Malgré une lutte acharnée

Ils ont déblayé
Avec l'espoir de te trouver
Mais contre cette poutre qui sur toi est tombée
Tu n'es pas parvenu à lutter

Aujourd'hui, tu es celui
Qui a sauvé une vie
Et ton souvenir brûle encore
Tout au fond de leur coeur

Tu as accompli ton devoir
C'était ton histoire
Et ton fils est très fier
Du courage de son père

Il a trouvé son métier
Il veut devenir pompier
Et même si le feu t'a emporté
Je le laisserai te succéder.

Nina


La Prière Du Pompier

Quand le devoir m'appelle, Dieu mon ami,
Et que les flammes sans pitié ravagent,
Donne-moi la force de sauver des vies
Et surtout, de ne jamais perdre courage.

Avec toi, j'atteindrai avant qu'il ne soit trop tard,
Le petit enfant blessé, le malheureux vieillard,
Qu'il me soit permis, dans ta générosité,
De leur épargner l'horreur de cette destinée.

Puisqu'en tout temps, il me faut être en alerte,
Je t'en prie Seigneur, guide tous mes gestes,
Dans le tumulte infernal de l'incendie,
Fais-moi entendre le plus faible des cris.

C'est avec gloire que je remplirai ma destinée,
Sauver des vies, n'est-ce pas le plus beau des métiers?
Quand le calme revient et que chacun retrouve ses biens,
C'est alors que je serai fier d'avoir aidé mon prochain.

S'il arrivait, que par ta volonté,
Ma vie je sois obligé de donner,
Je te prie de veiller sur les miens,
Et de bénir en moi le pompier qui est tien.

(Source inconnue)


Petit poème

On te croit invincible,
Pourtant tu as peur
On te croit insensible,
Pourtant tu pleures.

Dans ces camions rouges
Il y a des coeurs qui bougent,
Quand tout brûle autour de toi
Tu caches ton émoi.

Tu dois rassurer
Tous ces gens désespérés.
Quand des problèmes apparaissent
Tu mets ton casque et ton cuir
Et pour que rien ne paraisse
Tu fais ton plus beau sourire.

Toi le Sapeur-Pompier
Quand tu fais ton métier
Tu as un coeur gros comme ça
Et personne ne t'en empêchera.

(Source inconnue)


Pour Toi Pompier

Soldat du feu au grand coeur
Professionnel ou amateur
Tu mérites tous les honneurs.
Toi souvent sollicité
Nous n'avons rien à craindre,
Tu sais tout appréhender,
Ta devise étant sauver, tenir, protéger, éteindre.
Contre toi Pompier,
L'ennemi redouté et maudit,
Feu fascinant qui séduit à l'infini,
Ne te laisse aucun répit.
Il lui est si facile de détruire, d'ôter la vie.
En face de lui,
Connais-tu la peur ?
Quand l'incendie fait rage,
Tu veux être le meilleur,
L'atteindre au coeur de ses entrailles.
Alors sur toi, nous pouvons compter
Pour le faire capituler,
Car tu es riche de courage
Et fort bien équipé.
A toi Pompier copain,
Au feu avec tes potes vous partiez,
Mais au coeur de la tourmente
Le malin vous a séparés.
Lourd de chagrin, orphelin d'une amitié
Que de courage il faut pour continuer.
Mais la vie est toujours là,
Et le feu sacré qui est en toi
La vie durant t'accompagnera.
Pompier, de par ton choix de vie,
Tu fais partie des altruistes, cette grande famille,
Qui ont trouvé sans chercher
Ce que l'égoïste cherche sans trouver.
Sois remercié pour tout ce que tu peux donner.

Maryse Rüegger


La Devise des Sapeurs-Pompiers

L pour Larmes
A pour Amour

D pour Danger
E pour Espoir
V pour Vie
I pour Incendie
S pour Sauvetage
E pour Efficience

D pour Douleur
E pour Epreuve
S pour Sauveteur

Sauver ou Périr
Au risque de perdre la vie
Pour venir en aide à autrui
Et pour combattre aussi
Une rude épreuve qu'est tout ceci
Rien ne devait les arrêter
Si ce n'est la mort inopinée

Prêts à braver tous ces dangers
On ne pouvait que les admirer
Même si leur vie était risquée
Pompier, ce fameux métier
Ils l'avaient tout jeune désiré
Et aujourd'hui, ils ont été tués
Rendons hommage à ces pompiers
Silence, une minute de respect!

E pour Explosion
S pour Silence
T pour Tombeau

Sauver ou Périr
Affronter, lutter, secourir
Unis pour le meilleur et pour le pire
Véritable passion, véritable métier
Et grand honneur pour ces responsabilités
Rendons hommage à ces pompiers

Oh quelle douleur pour ceux qui ont perdu
Un des leurs qu'ils ne reverront plus!

Pleurs, peines, malheurs
Et surtout grande douleur
Rien ne devait les arrêter
Ils ont été courageux et dévoués
Rendons hommage à ces pompiers...

Karima


Les Tuyaux

En pleine nuit une sirène
Appelle au feu tous les pompiers
Et tout Rio qui se réveille
Voit brûler l'usine à café
Il n'y a plus de temps à perdre
Sinon tout le quartier va brûler
Oui mais voilà pendant c'temps là
A la caserne on entend les pompiers crier ohé, ohé, ohé

Refrain
Où sont passés les tuyaux, les tuyaux, les tuyaux
Où est passée la grande échelle, grande échelle, grande échelle
Où sont passés les tuyaux, les tuyaux, les tuyaux
Pas de panique il nous les faut ohé, ohé, ohé

Là bas l'incendie faisait rage
Le ciel était noir de fumées
Et tous les gens dans les étages
Se demandent c'que font les pompiers
Il n'y a plus de temps à perdre
Sinon tout le quartier va brûler
Oui mais voilà pendant c'temps là
A la caserne on entend les pompiers crier ohé, ohé, ohé

Refrain
Où sont passés les tuyaux, les tuyaux, les tuyaux
Où est passée la grande échelle, grande échelle, grande échelle
Où sont passés les tuyaux, les tuyaux, les tuyaux
Pas de panique il nous les faut ohé, ohé, ohé

Au p'tit matin on le devine
Tout le quartier avait brûlé
Il ne restait plus que des ruines
Sur des centaines de m²
Quand tout à coup dans le jour blême
On vit accourir un pompier
Qui s'écria je viens d'la part du Capitaine
Vous dire de n'pas vous énerver ohé - ohé - ohé

Refrain
On a retrouvé les tuyaux, les tuyaux, les tuyaux
On a retrouvé la grande échelle, grande échelle, grande échelle
Mais on est en panne d'auto, panne d'auto, panne d'auto
On a perdu la manivelle ohé, ohé, ohé

(Chanson)


Aux Futurs Sapeurs-Pompiers

Si tu rêves la nuit de devenir sapeur
Du feu et du sang tu ne devras avoir peur
Si tu veux à tout prix devenir pompier
Sache que ce sera un drôle de métier.

Si tu rêves toujours de devenir sapeur
Prépare-toi à voir de très près la douleur
Si malgré cela tu veux devenir pompier
Sache que tu ne connaîtras pas de férié.

Si tu penses porter le casque et le cuir
Jamais devant l'épreuve il ne faudra fuir
Si l'éclat des bleus gyrophares t'attire
Ils t'amèneront quelquefois vers le pire.

Si demain par hasard tu es volontaire
Avec ton patron ce sera parfois galère
Si au cours de la journée tu as un boulot
La nuit tu ne seras pas toujours au dodo.

A tes amis, à ta femme et tes enfants
Dis-leur aussi que tu seras parfois absent
Parce que pour toi comme pour tous les pompiers
Ta nouvelle famille sera le pays entier.

Même si tu n'est en rien un militaire
Au malheur, il te faudra faire la guerre
Même si tu n'as pas envie de parader
Au pas il te faudra sans doute défiler.

Mais si malgré tout cela tu deviens pompier
Ceux qui nombreux demain seront dans la peine
Sauront qu'à toi sans risque ils peuvent se fier
Car de beau dévouement ta vie sera pleine.

Sache aussi si tu veux devenir sapeur
Que si trop régulièrement on t'encense
Quand tu auras tiré ton prochain du malheur
Seul son sourire sera vraie récompense.

Ne te décourage pas le futur sapeur
D'autres avant toi ont bien fait ce dur labeur
Ceux nombreux qui longtemps y ont mis tout leur coeur
Y trouvent quoi qu'on dise beaucoup de bonheur.

Bernard JOUBERT


Hommage A Mon Père

Mon père est sapeur-pompier
Il est volontaire
Ce n'est pas son métier
J'en suis très fier

De jour comme de nuit
Quand la sirène retentit
Il va sauver des vies
Ou éteindre un incendie

Pour un feu ou un accident
Il répond toujours présent
Je sais quand il part
Jamais quand il revient

Peut-être ce soir
Ou alors demain
Dans la lueur des gyrophares
J'aperçois cet homme courageux
C'est pourquoi je veux rendre hommage
A mon père si valeureux
Il est sapeur-pompier volontaire
Et j'en suis très fier.

Henri BANON


Sapeurs, Salut...

Un concert de pimpons...
Et les voilà partis
Dans leur habit bleu nuit
En grande agitation.

Là, il y a le feu...
Ailleurs, c'est l'accident...
Quand la vie est en jeu,
Ils sont toujours présents.

Parfois, c'est la nausée,
Ce n'est pas beau à voir.
Mais dicte le devoir
De sauver le blessé.

Et quant au don de soi,
Il n'est pas de répit.
Pour ces gardiens de vie,
Le dévouement fait loi.

Alors, salut sapeurs
Qui offrez votre temps
Pour soulager les gens,
Mariant coeur et honneur...

"A mes petits-fils, qui croient en ce qu'ils font." Jean CORBION


Petite Rivière...

C'est presque minuit et la pluie au dehors
Ne cesse de tomber. Le vent hurle à la mort
Et pourtant c'est Noël, le jour de l'espérance
Joyeux anniversaire d'une grande naissance.
La petite rivière tout en bas du village
Comme prise de folie, roule dans son sillage
Des arbres étonnés, qu'Eole a arrachés
De son souffle terrible, comme un enragé.
Des flots boueux, informes ont submergé les routes
Et du ciel en colère on ne voit plus que la voûte
Au sein de leurs familles, près de la cheminée
Tous les sapeurs-pompiers passent une douce soirée.

Quand soudain retentit, bien plus fort que le vent
La sirène par trois fois, de son long hurlement.
Ils quittent comme un seul homme leurs foyers débonnaires
Et foncent dans la tourmente, les sapeurs volontaires.
Quelques minutes après, ils se sont encordés
Et dedans la rivière se sont mis à marcher
Un homme dans les flots, les appelle au secours
Et pense que jamais il ne verra le jour.

Luttant contre le froid et contre le courant
La chaîne humaine avance en fixant le mourant
D'un regard qui voudrait que tous les éléments
Pour une fois, cette nuit, ne soient plus si méchants.
Trempés, transis de froid, mais remplis de courage,
Ils avancent tenaces, et font fi des nuages
Quelques mètres encore, et bientôt qu'une main
Sépare le sauveteur de cet homme inhumain.

Car dedans sur empire, Hadès veut l'emporter
Et inlassablement, il le tire par les pieds
Dans un dernier sursaut, le mort lève la main
Et celle du pompier dans une rage l'étreint.
Ramené, ranimé, la vie renaît en lui
La mort désespérée, loin de cet homme s'enfuit
Et nos sapeurs-pompiers, d'un bonheur infini
D'un grand amour aussi se sentent envahis.
Ils ne ressentent plus, ni le froid, ni le vent.

L'homme vivant est parti vers l'hôpital pimpon
Quand soudain retentit, bien plus fort que le vent
La sirène par trois fois de son long hurlement.

Guy PATRIER


Parcours Sportif

Parcours sportif, parcours du combattant du feu,
Combat pour la vie, pour relever le défi,
Deux minutes de souffrances, 120 secondes d'efforts intenses,
S'entraîner sans relâche, toujours avec passion,
Affronter les obstacles pour mieux remplir sa mission,
Le sapeur s'élance, il faut aller vite,
Tirer, tirer le dévidoir avec l'énergie de l'espoir,
La foulée s'allonge le coeur bat de plus en plus fort,
C'est le jet des commandes, exercice d'adresse au service des détresses,
Surtout ne pas abandonner, l'esprit anime le corps,
Passer sous les chicanes et franchir la haie, avant
De s'élancer sur la poutre à grandes enjambées,
Ce sac pesant arraché de terre, dans un cri de douleur
Qui donne la force de poursuivre,
De s'accrocher à cette formidable envie de vivre,
Passer les trois dernières haies puis poser ce lourd fardeau,
Et soudain se sentir plus léger pour jeter toutes ses forces
Dans la dernière ligne droite, pour affronter le chrono,
Les secondes qui défilent, le danger qui se profile,
Enfin franchir la ligne d'arrivée, exténué, vidé, haletant,
Mais heureux d'avoir tenu bon, réussi l'opération,
Courage et dévouement, ne pas rester passif,
En intervention, dans ta vie, ton parcours sportif.

Marc GENOVESE


A Nos Amis des Durs Instants

Mais quelle est donc cette passion
Allant plus loin que la raison ?
Aider, secourir, soutenir
Et cela jusqu'à en mourir

Pourquoi la générosité
Leur fait-elle parfois aller
Jusqu'aux limites du conscient
Pour nous sauver tout simplement ?

Quelle force collective
Les conduit-elle sur l'autre rive
De l'abnégation du service
Pour les faire entrer en lice ?

Les appeler est réconfort
Lors des attentes d'inconfort
Ouf! les voici qui arrivent
On s'écarte et ils s'activent

Angoissés, déstabilisés
Quand le pire peut arriver
Que deviendrions nous sans eux
Face aux furies de tous les feux ?

Oh! l'innommable besogne
Quand sur nos vies la route cogne
L'accident triste spectacle
Pourtant jamais ils renâclent

Quand leurs coeurs sont bouleversés
Lorsqu'il faut désincarcérer
Face aux dures ruptures des corps
Parfois prémices de la mort

Quotidiens, les appels pressants
Nuit et jour à tous moments
Du plus tragique au plus banal
Voient leur dévouement total

Dans ces corps de volontaires
L'Amitié les a fait frères
Soudant leur solidarité
Pour s'entraider et nous sauver

Quant au social, voyez-vous,
Ils sont si naturels en tout
Qu'en parler est inutile
Pourtant il n'est jamais futile

Pompier, mais quel relationnel
Nous plaçant dans l'émotionnel
Car le sourire qui les unit
En fait de chacun nos amis

Merci de tant, tant nous donner
De si bien nous accompagner
Et de nous offrir pour ce faire
Le beau métier d'aider vos frères


Paul PRIVAT


Et si tout cela n'était qu'un rêve...

Et si tout cela n'était qu'un rêve...

Au réveil, un matin, le doute vînt:
Si de tout cela, il ne restait plus rien ?
Ces hommes et femmes prêts à aider
Mirage, j'aurais donc rêvé ?

Le bip retentit soudain,
Appel au secours, moderne tocsin.
Avant même de savoir,
Ils accourent de toutes parts.

S'habiller, se dépêcher et embarquer.
Un feu de maison les gars, le FPT !
Les jeunes angoissent, les vieux sourient.
Effectif 8, gyro, pin-pon. et c'est parti !

Et même si certains restent dans les vestiaires,
Ils sont fiers du nom qu'ils portent : volontaires !

J'suis rassuré, je n'ai pas rêvé .

Bernard FOUCHER, SPV à Coueron (44)


Les Sapeurs Pompiers veillent sur vous

Quand le danger vous guette,
Que la situation vous inquiète,
Des gens sont là pour vous aider,
Ces gens-là sont les pompiers.

Leur devise : sauver ou périr,
Ils n'ont pas peur de mourir,
Leurs qualités : courage et dévouement,
Ils sont là pour vous à chaque instant.

Ils ne reculent devant aucune situation,
Pour eux, sauver c'est leur passion,
Jamais ils n'abandonnent,
Toujours ils se cramponnent.

Secours, sauvetages, incendies,
A chaque instant, ils risquent leur vie,
Ils pensent pourtant à secourir,
A éviter le pire.

Quand la sirène retentit,
En plein jour, en pleine nuit,
N'importe quand et n'importe où,
Les Sapeurs Pompiers veillent sur vous.

Amandine


Nos Anges Gardiens

Les Sapeurs-Pompiers sont chargés de lutter contre le feu
Mais parfois, et souvent malgré eux,
Il arrive hélas que cela tourne au drame
Et que certains d'entre eux doivent rendre l'âme.

Les Sapeurs-Pompiers sont chargés de nous protéger
Mais parfois, ils se font agresser
Alors qu'ils viennent juste pour nous sauver
Et surtout pour nous aider.

Sauver ou Périr,
Affronter, Lutter, Secourir,
Sans avoir peur de mourir,
On les entend souvent partir
Mais on ne sait jamais s'ils vont revenir.

Le soir, quand tout se tait et que le deux-tons retentit,
Ce sont eux qui affrontent le danger alors que nous sommes au lit.
La moindre des choses serait de leur dire merci.
Ils n'ont peur de rien et ils le savent bien,
Ce sont nos amis et surtout nos anges gardiens...

Kassie


Une Bien Belle Armée
Je sais, dans notre beau pays,
Une armée casquée et bottée
Qui, pour tout un peuple, est
Chaque jour, de plus en plus chérie.

Contre le feu tantôt luttant,
Se battant contre les flots,
Sur les accidents se précipitant
Au secours des petits et gros bobos.

Elle est, à chaque instant,
De notre sécurité le garant,
Mais en poursuivant ce noble but,
Elle y laisse un lourd tribut.

Ses hommes ont la reconnaissance
De toute la population de France,
Et qui peut dire qu'il n'aura pas, un jour,
A leurs nobles services, recours?

Voilà une bien belle armée
Que celle du corps des sapeurs-pompiers
Qui ne porte pas la guerre tant honnie
Mais milite chaque jour pour la vie.

Claudette VALERO


L'Ecureuil
Malgré tout mon savoir et ma rapidité,
Je n’ai pu retenir ta vie
Dans mes mains, au milieu de ces tôles froissées,
Fermant les yeux, tu es partie.
Quand tu m’as demandé : « Comment vont mes enfants? »
Seuls les mots : « ils sont là » sont venus.
Je n’ai pas pu te dire le drame de l’instant :
Pour eux déjà, la mort était venue.

Tu m’as parlé alors de ta petite vie
Juste pour ne pas t’endormir :
Ta maison, tes enfants, ton merveilleux mari.
Je n’ai pas pu te retenir.

Après l’intervention, de retour en caserne,
Nous avons parlé de tout ça ;
C’est pour décompresser, évacuer la peine
De n’avoir pu faire mieux que ça.

Mais bien caché au fond d’un coin de ma mémoire,
Je reverrai encore tes yeux
Se fermer doucement sur mon grand désespoir
De ne faire que de mon mieux.

Mais la vie suit son cours et demain d’autres peines
M’appellerons à leur chevet.
J’y mettrai mon savoir, mes doutes et mes haines
Pour faire encore mieux. Je promets.


Henry BERNARD


Mon rêve:
Mon plus grand rêve est de devenir pompiers
Ma plus grande peur est de ne pas y arriver
A mon tour, je voudrais entendre mon bip sonner,
Partir et ne plus rien penser,
Juste courir dans le but d'aider.

Quand j'entends la sirène des camions
Je suis envahi de frustration
Déçue de ne pas partir vers une mission
Et de ne pas vivre cette passion,
Qui pour moi est une obsession.

Aider mon prochain,
Eteindre le feu cet assassin.
Et tendre la main
Vers ceux qui en ont besoin
Est un rêve qui m'appartient!

Quand la sirène retentit,
Je voudrais moi aussi aller sauver des vies
Sans rien demander en retour, juste un merci
Cette passion m'envahi et chaque jour grandit,
Je voudrais pouvoir enfin réaliser le rêve de ma vie!!!!


Aggression des sapeurs-pompiers.

Pourquoi ces cailloux?
Lancés sur leurs camions,
Quand ils viennent vers vous,
Pour assurer l'intervention.

Pourquoi cette haine,
Envers ces hommes sans problème,
Pourquoi ce rejet,
Des sapeurs-pompiers?

Que pouvons nous leurs reprocher,
Ils ne sont pas des policiers
Ils sont là pour nous aider,
Et pas pour nous juger.

Alors pourquoi ces insultes,
Pouquoi chercher la lutte,
Est-ce un appel à la guerre,
Que les pompiers ne veulent pas faire?

Ces hommes méritent notre respect
Et au lieu de cela ils sont agressés,
Mais pourquoi cela?
Je ne le comprends pas...

Laisser les donc travailler,
Regardez-les, admirez-les,
Ils ne font qu'aider leur prochain
Alors changez votre visions, soyez plus sains...



| Présentation du site. | les moyen des pompiers. | Images des vehicules cités. | Different poëme sur les pompiers. | Les quatre étapes pour porter secours | images des premier secours | Images du matériel. | Les grades. | Les spécialistes. | Images des spécialistes cités. | Les J.S.P. | Les pompiers étrangers. | Comment devenir pompiers? |
créez vous aussi votre propre site !
Technologie des secours - Different poëme sur les pompiers. (Technologie - Autres)    -    Auteur : kévin et jimmy 4e1 - France


58658 visiteurs depuis 2009-10-05
dernière mise à jour : 2010-01-31

Blog-City >> Technologie >> Blog #10084
pour trouver un petit job dans votre région

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish