Société - Education, Ecoles
ARC EN CIEL - MÉTÉO ET ÉDUCATION À L'ENVIRONNEMENT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE - Page 2
  Page 1  
  Page 2  




FÉVRIER 2007
Bonjour les amis


C' est nous l'école de Carbay ! Comment allez-vous? Nous ça va bien ! On est désolé de ne pas vous avoir écrit depuis la rentrée.
On travaillait sur le projet d'

Arian Lemal

. Vous le connaissez ?

Arian est un jeune homme de 23 ans qui a gravi l' Aconcagua tout seul pour y nettoyer les déchets. On l'a suivi sur Internet pendant plusieurs mois. Après son exploit - car il a ramené 150 kilos de déchets qui n'étaient pas à lui - il veut faire passer un message aux enfants. Pour ça, il est venu nous voir 5 jours après être revenu d'Argentine. Il avait apporté son matériel et il nous a montré des photos et un film. C'était génial. En plus deux jours après il est passé à la télé sur France 3.

Il nous a demandé de faire attention à nos déchets, de ne rien jeter par terre, de ramasser si on en voit même si c'est pas à nous. Il a raison.

On doit faire un projet de nettoyage à notre tour aussi. On a prévu de nettoyer un bout de forêt au printemps prochain. On vous en dira plus.

Vous pouvez suivre toutes ces aventures sur notre site, à la rubrique Arian Lemal, il a aussi un super site avec les photos de son ascension.

Faites comme nous un geste pour la planète :

Arian dit toujours

"la planète mérite un effort"



Quels sont vos gestes à vous pour la planète dans vos différents pays ? Dites le nous !! On pourrait tous les regrouper sur une page spéciale. Qu'en dites vous ? On attend de vos nouvelles.

A bientôt tous les amis d'Arc en Ciel !

Les élèves de Carbay
Les élèves de Carbay viennent de vivre, avec

Arian LEMAL,

une formidable aventure.

Ceux de Meyrieu les Étangs en commencent une, avec

Caroline RENAUDAT.



Caroline a 33 ans. Elle est éducatrice sportive spécialisée à Bourgoin Jallieu, en Isère.

Voici ce qu'elle écrit sur la page d'accueil de son site :
"Les enfants sont à la fois l’avenir de l’humanité et celui de la terre en tant qu’entité environnementale. Pour que ce postulat puisse fonctionner, nous ne pouvons exclure la partie éducative, pré-requis à la construction de ces futurs adultes. En effet, l’éducation est nécessaire à la prise de conscience de ce qu’est l’environnement et des dangers de la pollution sur la terre."

Caroline est donc partie, seule, à vélo, à la rencontre des enfants de 10 pays qu'elle va traverser pendant cette année

le Vietnam, la Chine, la Mongolie, la Russie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, l'Allemagne, la Belgique et la France.

Son projet, c'est :
- aller à la rencontre de l’Autre et mettre en relation des enfants de différents pays. En effet, la prise de conscience de la différence de chacun, sur le plan de la vie quotidienne, des coutumes et de la gastronomie, n’est pas incompatible avec le fait de vivre ensemble sur une planète, en harmonie. C’est ce que je voudrais transmettre à ces enfants.

- aller au devant d’expériences d’enseignement à l’environnement. Quelles sont les actions entreprises dans les écoles pour sensibiliser les enfants aux problèmes de l’environnement (par exemple, la gestion des déchets scolaires, la création d’un jardin bio, etc.) ? Quels sont les impacts à la suite de cet apprentissage dans les familles au quotidien ?

- sensibiliser les enfants à l’idée que nous vivons tous sur la même planète et que nous devons tous œuvrer pour la préserver.


Caroline dit qu'elle souhaite

UNE PLANÈTE NETTE POUR NOS ENFANTS



Nous allons suivre son périple !

JANVIER 2007
BONNE


ANNÉE
DÉCEMBRE 2006


Ce mois-ci, encore, j'ai laissé la parole à mes élèves...

L'année dernière, certains d'entre eux avaient participé à la ré-écriture de "PIROUETTE CACAHUÈTE" et ainsi gagné le prix SOLEIL INFO.

En cette fin 2006, heureux de leur gloire toute neuve au PRIX HANDINNOV, ils ont eu envie de vous faire partager ce bonheur en chanson : ils ont "reconstruit", comme ils le disent avec fierté, la très traditionnelle "VIVE LE VENT".

Éducation à l'Environnement oblige, ce n'est pas le vent qui est ici salué, c'est la terre ! Cette terre à laquelle ils pensent chaque jour puisqu'elle est au centre de leurs apprentissages.

PENSER

à la terre, n'est-ce pas là une façon de vouloir

PANSER

ses propres traumatismes ?

Si quelques uns d'entre vous, dans quelques jours, se surprennent à fredonner : "vive la terre, vive la terre, faut pas l'abîmer...", alors...

Anne-Sophie, John, Marine, Sylvie, Marc, Farah, Lucas, Benoît, Julie, Sébastien, Quentin, Vincent, Marine, David, Déborah, Kévin

auront à leur actif une victoire de plus.

Bonne fin d'année 2006 !

Martine.

PS - C'est un élève de l'année dernière,

Kévin B

qui a spécialement illustré notre nouvelle chanson. Merci à lui !
NOVEMBRE 2006

SOYEZ POLIS


Jacques Prévert


Il faut être très poli avec la terre
Et avec le soleil
Il faut les remercier le matin en se réveillant
Il faut les remercier pour la chaleur
Pour les arbres
Pour les fruits
Pour tout ce qui est bon à manger
Pour tout ce qui est beau à regarder
A toucher
Il faut les remercier
Il ne faut pas les embêter...
Les critiquer
Ils savent ce qu'ils ont à faire
Le soleil et la terre
Alors il faut les laisser faire
Ou bien ils sont capables de se fâcher
Et puis après
On est changé
En courge
En melon d'eau
Ou en pierre à briquet
Et on est bien avancé...

Le soleil est amoureux de la terre
Ça les regarde
C'est leur affaire
Et quand il y a des éclipses
Il n'est pas prudent ni discret de les regarder
Au travers de sales petits morceaux de verre fumé
Ils se disputent
C'est des histoires personnelles
Mieux vaut ne pas s'en mêler
Parce que
Si on s'en mêle on risque d'être changé
En pomme de terre gelée
Ou en fer à friser

Le Soleil aime la terre
La terre aime le soleil
Et elle tourne
Pour se faire admirer
Et le soleil la trouve belle
Et il brille sur elle
Et quand il est fatigué
Il va se coucher
Et la lune se lève
La lune c'est l'ancienne amoureuse du soleil
Mais elle a été jalouse
Et elle a été punie
Elle est devenue toute froide
Et elle sort seulement la nuit
Il faut aussi être très poli avec la lune
Ou sans ça elle peut vous rendre un peu fou
Et elle peut aussi
Si elle veut
Vous changer en bonhomme de neige
En réverbère
Ou en bougie

En somme pour résumer

Deux points, ouvrez les guillemets :

" Il faut que tout le monde soit poli avec le monde ou alors il y a des guerres ... des épidémies des tremblements de terre des paquets de mer des coups de fusil ...
Et de grosses méchantes fourmis rouges qui viennent vous dévorer les pieds pendant qu'on dort la nuit. "

SOYONS POLIS…


d’après Jacques Prévert

Il faut être poli avec la Terre
Parce que si on n’avait plus d’arbres
Ni d’eau
On ne pourrait pas vivre

Si on n’est pas poli avec la Terre
Elle ne sera pas polie avec nous
Et il y aura plein de catastrophes.

Être poli avec la Terre,
C’est ne pas la polluer
Faire attention à ce qu’on consomme
Utiliser des emballages qui se recyclent

Il faut être poli avec le Soleil
Parce qu’il nous donne
Du chaud
Il nous donne du chaud
Pour qu’on se baigne l’été
Pour faire pousser les fleurs
Il nous donne envie de boire
Pour ne pas nous déshydrater
Il nous donne de la détente
Il donne du bleu dans le ciel
Il donne à la pluie toutes les couleurs de l’arc en ciel
Il nous donne la nuit
Quand la terre lui tourne le dos

Il faut être poli avec le Soleil
Sinon il amène
La sécheresse
On risque de mourir de tout
De soif
Parce qu’il n’y aura plus d’eau
De faim
Parce que tout va mourir autour de nous
Et que nous ne pourrons plus manger !

Si on n’est pas poli avec le Soleil
Il va vouloir s’en aller
Alors nous aurons froid
Très froid !
On pourrait être changé en glaçon !

Il faut être poli avec la Lune
Parce que c’est l’ancienne amoureuse du Soleil
Si on n’est pas poli avec la Lune
Elle va partir
Et les étoiles vont pleurer
Et toutes leurs larmes
Vont inonder la Terre
Et nous, nous allons être noyés !


Anne-Sophie, John, Marine O.B, Marc, Sylvie, Farah, Lucas, Benoît
Création collective de la Classe 1.A de Meyrieu les Étangs (France)
OCTOBRE 2006
Vous vous souvenez ? Le mois dernier, le Petit Prince a débarqué sur « LA PLANÈTE DES ÉCOLOGUES » !

Eh bien, les écologues ont commencé leur tâche. Ils ont occupé ce mois de septembre à faire connaissance. FAIRE CONNAISSANCE, c’est se donner les moyens de se « RE-CONNAÎTRE », pour travailler en équipe.
Ils vont pouvoir échanger leurs idées, leurs pratiques, leurs questionnements ; ils vont aussi pouvoir agir ensemble, collaborer à un même travail, constituer un système d’action collective.

Qui sont-ils, ces écologues de l’année 2006/2007 ? Les uns font leurs recherches en POLOGNE, à Toruń, d’autres en ROUMANIE, à Drobeta Turnu Severin, d’autres encore en SUISSE, à Saint Pierre de Clages, certains aussi en TUNISIE, à Dar Chaâbane, d’autres enfin oeuvrent en FRANCE, à Tourcoing, à Denée, à Carbay, à Saint Chef, à Meyrieu les Étangs.

Ils attendent les nouvelles de leurs confrères de Doha, au QATAR, de Yellowknife, au CANADA, d’Ébring, de Rivière Salée, d’Étang Salé, de Savigny en Véron, d’Avesne sur Helpe, d’Aix les Bains, de Fourmetot, en FRANCE, et de Botosani et Hunedoara en ROUMANIE.

Ils espèrent que d’autres chercheurs encore vont venir les rejoindre pour que la mission qu’ils se sont assignée puisse être menée à bien : CONVAINCRE LES TERRIENS DE PRENDRE SOIN DE LEUR PLANÈTE…

À suivre …
Martine
SEPTEMBRE 2006
SAINT EXUPÉRY, il y a 60 ans, déposait son Petit Prince sur la Terre. Le petit bonhomme blond avait, auparavant, exploré d’autres planètes : celle du roi en quête d’autorité, celui du vaniteux à la recherche d’admirateurs, celle du buveur pétri de la honte de boire, celle du businessman avide de possessions, celle de l’allumeur de réverbères tellement fidèle à la consigne, celle du géographe à la poursuite d’un concret incontestable.

Que diriez-vous, cette année, d’aller prospecter « l’astéroïde 331 » ? Le Géographe en ignore l’existence, parce qu’aucun explorateur, à ce jour, ne lui a fait de rapport circonstancié. C’est une planète que le Petit Prince aurait sans doute aimée. Elle n’est pas habitée par des grandes personnes étranges, bizarres, très très bizarres, extraordinaires, ridicules, comme celles qu’il a rencontrées sur les autres astéroïdes. L’allumeur de réverbères « s’occupe d’autre chose que de soi-même » ; les habitants de l’astéroïde 331 – je dis « les », parce qu’ils sont nombreux – s’occupent d’eux en s’occupant de leur planète, que Saint Exupéry aurait appelée « LA PLANÈTE DES ÉCOLOGUES ».

Ajoutons dix mois de vie à notre Petit Prince, avant que le serpent, d’un éclair jaune près de sa cheville, ne le fasse tomber doucement comme un arbre sur le sable du désert…


… Lorsque l’enfant aux cheveux d’or arrive sur l’astéroïde 331, il est saisi par la grande agitation qui y règne : tout le monde est absorbé par une tâche ! Mais ce qui frappe le Petit Prince, c’est que tout le monde communique, échange, dialogue, argumente, analyse, raisonne, sans jamais chicaner, disputailler, barguigner, admonester, quereller. Les habitants de cette planète collaborent, coopèrent. Au milieu de cette effervescence, le Petit Prince se dit que jamais personne ne l’écoutera et ne répondra à ses questions. Mais il ose quand même : « Que faîtes-vous ? », demande-t-il. Il a tellement l’habitude de ces adultes qui ne répondent pas aux questions, qu’il s’apprête à la réitérer. Mais les écologues suspendent leurs occupations aussitôt et se tournent vers l’enfant :
- Nous avons appris que toutes les planètes qui nous entourent sont en danger de disparition, et nous cherchons pourquoi et comment y remédier.
- Toutes les planètes ? murmure le Petit Prince
- Oui, répondent les écologues. Sur la plus grosse d’entre toutes, qui s’appelle la Terre, les habitants font n’importe quoi et ils sont en train de la faire mourir. Et si la Terre meurt, les autres planètes aussi !
- Même la mienne ? interroge le Petit Prince atterré. Même celle de l’allumeur de réverbères ? Il n’y aura plus de couchers de soleil ? Et ma rose ? Vous croyez que ses quatre épines vont la protéger ?
- Hélas ! Si les habitants de la Terre continuent comme ça, rien ne survivra !


- Et il est possible d’arrêter ce massacre ?
- Oui ! si nous trouvons le moyen de rendre les Terriens plus responsables, plus raisonnables. C’est à cela que nous nous employons.

Je pense que vous avez reconnu cet "astéroïde 331".
C’est notre réseau ARC EN CIEL, n’est-ce pas ?
Alors, au travail !!!



Martine
JUILLET - AOÛT 2006
La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue.


Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.


Paul ELUARD, L'Amour la poésie (1929)


ARC EN CIEL prend ses vacances…

Si le site n’a que 16 mois d’existence, le réseau termine glorieusement sa deuxième année. Deux années de partages féconds entre plus de 1200 enfants qui, accompagnés de leurs enseignants, ont élargi le concept de météorologie à celui de développement durable. Vaste programme dans lequel ils ont pris à « bras le cœur » les questions de leur avenir sur notre TERRE… bleue comme une orange.

Bleue, comme l’eau qui la recouvre, qui, peu à peu, perd de sa translucidité, si l’on y prend garde, S’ILS N’Y PRENNENT GARDE. Et de cela, ils en acquièrent la conscience. Ils comprennent que leur terre risque, comme une orange trop mûre, d’être pervertie par les moisissures.

Orange, comme ces nuages chargés de pollution, qui entravent le passage des rayons du Soleil, et qui vont finir par nous empêcher, par LES EMPÊCHER, de respirer.

Oui, la météorologie est un superbe domaine qui ouvre des horizons à ces jeunes pour qu’ils travaillent à créer des passerelles entre les pays du Monde, d’un Monde où leur unicité est illusoire si, nous les accompagnants, ne leur donnons pas les moyens de tisser des liens citoyens et responsables.

Quel que soit le niveau de leurs connaissances scolaires, quel que soit leur âge, quel que soit leur lieu de vie, ces jeunes, depuis deux ans, ont découvert qu’il existe différentes façons de lire les mesures sur un thermomètre : il n’est pas seulement question de savoir de quelle manière il faudra s’habiller pour affronter frimas ou canicule. C’est leur Terre qu’il devront convenablement vêtir pour qu’elle continue à remplir son rôle de mère nourricière.

Ces instruments de mesure qu’ils apprivoisent chaque jour, lorsqu’ils effectuent leurs relevés, ces courbes qu’ils réalisent avec application, ces écarts de climat qu’ils constatent entre leurs différentes régions, entre leurs différents pays, ces nuages qu’ils observent aller et venir au dessus de leurs têtes, ces orages qu’ils craignent ou qu’ils admirent… tous ces signaux météorologiques qu’ils apprennent à découvrir, servent les apprentissages scolaires ; ils concourent aussi à enrichir leurs points de vue, à donner du sens à la vie dans l’école, pour, espérons-le, leur permettre de DONNER SENS à leur future vie d’adultes ENGAGÉS dans la conscience de leurs RESPONSABILITÉS.

ARC EN CIEL prend ses vacances. Souhaitons que tous nos petits terriens, acteurs de ce réseau, n’oublieront pas, pendant ces deux mois, les gestes qu’ils ont découverts cette année pour prendre soin d’eux et de leur planète.

Si vous souhaitez venir partager notre aventure, contactez-nous !

Martine Crasez
JUIN 2006
La MÉTÉOROLOGIE est un vecteur particulièrement intéressant.

Ce sont les préoccupations de la société qui fondent souvent les dynamiques de la recherche et du progrès.

Nos bambins, gavés des dessins animés mangas, ne ratent pas non plus, depuis leur plus jeune âge, le bulletin météo du soir. Ils sont conditionnés pour cela : en famille, c’est le signal du coucher (de mon temps – hum ! – nous avions « bonne nuit les petits »). Mais on suppute sur le temps qu’il fera ce week-end, on se plaint de cet été trop frais et humide, on craint que l’hiver à venir soit doux et sec… on oublie que l’année dernière, à la même époque… et que dire des propos des anciens ! Y’a plus d’saison ! Sûrs ? Certains ? Qui se souvient des 20° du 27 janvier 2002, à Grenoble ?

Nos jeunes, disais-je, puisque ce site est conçu par eux et pour eux, sont empreints de cette « culture » qui se sert du temps qu’il fait, du temps qu’il a fait, du temps qu’il fera, et du temps qu’il faudrait qu’il fasse, comme moyen de communication.

Bref, la météo remplit une fonction de lien social. Que de guerres sont évitées parce que l’on ne peut pas décider du temps qu’il pourrait faire pour que tout aille bien ! Quand les uns souhaitent de la pluie pour leurs cultures, les autres appellent le soleil pour leurs touristes…

C’est, il faut le reconnaître quand même, une histoire de « gros sous » qui échappe, tout à fait légitimement, à l’entendement de nos chères têtes brunes, blondes ou rousses. Et c’est là – quand on parle de gros sous – qu’intervient l’ÉDUCATION À L’ENVIRONNEMENT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE. Parce que même s'il est question de gros sous, il est aussi, pour nos jeunes, le moment d'apprendre, de comprendre, et de mettre en oeuvre la SOLIDARITÉ, la CITOYENNETÉ...

Une des classes du réseau, cette année, a participé à l’APPEL DES ENFANTS POUR L’ENVIRONNEMENT, organisé par WWF. Elle a gagné le 3ème prix national. Au-delà du plaisir d’avoir créé une affiche, au-delà de la valorisation, les élèves de cette classe ont pris conscience de la valeur de l’eau, parce qu’ils ont enquêté, parce qu’ils se sont mis en position de chercheurs…

Je vous le disais, en préambule : les dynamiques de la recherche et du progrès sont fondées sur les préoccupations de la société ! Et leur préoccupation par rapport à l’eau ? L’école dans laquelle ils travaillent, est alimentée par une source d’eau pure dont ils ont suivi le cheminement jusqu’au robinet ; pourquoi, alors que des sources d’eau pure sourdent partout, certains de leurs camarades de l’autre bout du Monde n’ont-ils que de l’eau boueuse à consommer ?

À suivre, bien sûr !!!

Martine Crasez
CONSULTER LA TABLE DES MATIÈRES DU SITE

et

MERCI DE NOUS ACCORDER QUELQUES INSTANTS POUR RÉPONDRE À NOTRE SONDAGE



| Page 1 | Page 2 |
créez vous aussi votre propre site !
ARC EN CIEL - MÉTÉO ET ÉDUCATION À L'ENVIRONNEMENT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE - Page 2 (Société - Education, Ecoles)    -    Auteur : Martine Crasez - France


94150 visiteurs depuis 2006-05-19
dernière mise à jour : 2011-12-18

Blog-City >> Société >> Blog #4

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish